Au Nom Du Pardon...



***

C'Etaient Des Accidents. De Terribles Et Affreux Accidents. Ce Qu'Il y a De Pire. Ce N'Est Pas Dans L'Ordre De La Vie... Que D'Enterrer Ses Enfants. Cette Année, Le 4 Octobre Prochain... Cela Fera Vingt Ans. Elle Aurait Dû Avoir Vingt-Quatre Ans Cette Année. Clémentine, C'Etait Son Prénom. Vingt Ans Plus Tard... je N'Ai Toujours Pas Fait Son Deuil. Mais Crois Qu'Avec Mes Neuroleptiques, Et Me Libérant De M'Être Très Gravement Senti Epié En Le Secret De Mes Pensées... Je Vais Enfin... Pouvoir Le Commencer. Il Faut Parfois Laisser Le Temps Au Temps.

Je Ne L'Ai Pas Vue... Courir Et Traverser La Route Du Faubourg D'Ambrail, à Épinal... C'Etait Un Samedi Soir, Vers 18 Heures. Je Roulais Trop Vite, Mais Pas... Très Vite. Je Me Rendais à La Maison De Mes Papy Et Mammy, cambriolée Une Semaine Auparavant, Voir Si Elle N'y Avait Pas Été Une Nouvelle Fois. Le Soleil Couchant Dans Les Yeux... Un Gros 4x4 Que je Croisai... Et Le Terrible Accident Ne Put Être Évité... J'Ai Longuement Imaginé Qu'Il y Avait Un accompagnateur Au Milieu De La Route. Mais Il N'y Avait... Personne. La Petite Clémentine Avait Échappé à La Surveillance de ceux-ci... Il y Eût De Nombreux Témoignages... Tous Divergents... Clémentine Resta Un Très Long Moment Sous Les Bons Soins Des Pompiers... Allongée à Terre... Je Restai Assis, Recroquevillé Sur moi-même, Pleurant Toutes Les Larmes De Mon être, Entendant Les Cris Et Les Pleurs de Ses Ami(e)s, Qui Avaient Grimpé Sur Le Haut Mur Du Château... Et je Priai Dieu De Bien Vouloir La Sauver... Et Jurai De Prendre Soin D'Elle... Mais Son Archange Vint... La Chercher Pour La Mener à Dieu... Au Royaume Des Cieux.


Ce Jour-Là Fût Le Plus Horrible De Ma Vie. Les Policiers m'Emmenèrent Faire des Prises de Sang, L'Un Des Deux Policiers me Donna Deux Cigarettes Pour me Calmer, Dans Leur Automobile. Mes Prises de Sang Se Révélèrent Négatives.

Ce Jour-Là... j'ai Brisé La Vie D'Une Famille.

Les accompagnatrices Et accompagnateurs Mentirent Aux Policiers, Et Lors Du Procès... moi, Au Procès... J'Etais Ailleurs... Je Regardais Ce Beau Ciel Bleu, Le Soleil, Priant Pour La Petite Clémentine, Afin Qu'Elle Veille Sur Ses Parents Et Les Siens, Du Haut des Cieux, Et Dieu Pour Qu'Il Prenne Soins D'Elle. Clémentine N'Avait Que Quatre Ans.

Je Pense Souvent à Sa Famille, à Ses Parents, En Recroisant Un(e) Enfant, Aux Bords De La Route, Ou Lorsque je Passe Près Des Écoles, Entendant Les Cris Des Enfants. Mais j'Ai Fait Une Promesse à Clémentine, Et à Dieu... je Crois Qu'Il Est Grand Temps De Les Tenir. 


Paix à Ton Âme, Clémentine.


***

Commentaires