No One Knew Me...




Alors Je Bois... Alors Je Fume... Alors Je M'Auto-Détruis... Chaque Jour De Ma Vie, Et J'Attends De Revoir Mon Papa Qui Me Manque Tellement, Et Qui M'Attends... Là-Bas... De L'Autre Côté... Désolé Maman Si Tu Me Lis... Je N'Irai Pas Au Théâtre Mardi... Parce Que D'Une Part, Pauline N'y Sera Pas... Et Que Ce Que J'Ai Vécu Jeudi Au Théâtre Était En Totale Opposition Avec Mon Quotidien... Triste Quotidien. Quand De Parfaits Inconnues Et Inconnus Viennent Vous Trouver Pour Vous Dire Que Vous Étiez Bien, Que Ce Que Vous Avez Fait Était Très Bien, Et Qu'Ils Ou Elles Vous Félicitent... Ce N'Est Pas Là Pour Flatter Mon Ego... Mais Après... Il Faut Redescendre Et Revenir à Un Quotidien Qui Est Plus Que Triste.Le Silence, Ma Solitude, Cette Salope Que Vous M'Infligez Depuis Bientôt Sept Ans... Que Vous Ai-Je Fait? Je N'Ai Jamais Essayé Que Vous Apporter, Que Ce Soit à TraverS Mes Rêves, Et à Travers Eux, Un Peu De L'Originalité De Nos Inconscients, à Travers Mes Dessins Et Mes Textes Du Monde Des Rêves... Qu'Ai-Je Eu En Retour??? Des Statistiques Qui Ne Me Parlent Pas De Vous Toutes Et Tous. J'Attendais Quelques Mots, Quelques Échanges, Un Peu De Partages. Je Sais Que Vous Êtes Toujours Les Mêmes Depuis Sept Ans à Venir... Nombreux Il Est Vrai... Me Rendre Visites... Mais J'Ai Toujours Eté En Quête De Partages, De Mots Du Coeur... Où Sont Ces Mots? N'Avez-Vous Plus De Coeur Ou Sont-Ils Devenus En Béton Armé? J'Ai Subi Le Viol, Croisé La Mort Dans Des Circonstances Dramatiques Et Violentes... Donné La Mort à Une Enfant De Quatre Ans Au Cours D'Un Terrible Accident, Qu'Elle Devrait Avoir Vingt-Quatre Ans Et Être Aimée Et Amoureuse à Cet Âge-Là... J'Ai Brisé Une Famille... Des Amitiés... Qu'a Chaque Fois Que Je Passe Près D'Une Ecole, Que J'Entends Les Cris Des Enfants Dans LaCour, Ceux-Ci Me Rappellent à L'Ordre, Me Rappelant Ceux Des Enfants Perchés Sur Le Mur Du Château D'Epinal, Criant, Hurlant De Voir Leur Amie Allongée Au Sol Après L'Effroyable. Et moi, Recroquevillé Sur moi-Même, Pleurant Tout Ce Que Je Pouvais, Priant Dieu De La Sauver... Mais Il Etait Trop Tard... Qu'Il Est Venu La Chercher, Pour L'Emmener Au Ciel... Puis Il y Eut Les Menaces De Mort De Son Papa... Les Coups De Fils à Ma Famille... L'Esprit De Vengeance... Les Mensonges Des accompagnants Pour Se Dédouaner De Leurs Responsabilités... Il N'y Avait Personne Au Milieu De La Route Pour Arrêter Les Automobiles... Ils Ont Dit Qu'il y Avait Quelqu'un... Je Venais De Croiser Un Gros 4x4 Qui Me Cacha La Visibilité... Je Roulais Peut-Être à 60, 70 Km/h... Clémentine Courut Pour Traverser Et Heurta Le Côté Avant-Gauche De Mon Auto... Et Fût Projetée Au Sol... L'Effroyable Venait De Se Produire... Au Procès? Je N'Ai Rien Entendu... J'Etais Absent... Le Soleil Brillait Et Le Ciel Etait Bleu Azur... Et Je Le Fixais. N'Ecoutant Pas Ce Que Maître Weltzer Disait Au Procureur De La République Et Au Juge.. Je Priais Pour Clémentine Qui M'Etait à Tout Jamais... Liée... Ce Fût L'Un Des Jours Les Plus Horribles De Ma Vie... Et Vous, Avez-Vous Connu L'Effroyable Accident De La Vie??? C'Etait Le 4 Octobre 1995, à Epinal. 

Puis... Deux Ans Plus Tard... C'Etait Mon Papa Qui S'En Allait... Lui Qui Ne Savait Que Peu Ce Que Signifiait Les Mots "Profiter De La Vie", Parce Qu'Il Était Un Travailleur Acharné, Pour Nous Et Pour Ses Chauffeurs Routiers... Une Pelleteuse... Un Mur... La Chute... Et La Mort. Je Ne L'Appris Que Le Lendemain Matin Lorsque Johanne Et Mon Oncle Vinrent Me Chercher Et M'Apprendre La Terrible nouvelle... Qu'Aucune D'Entre Vous N'Est Jamais Venue Me Dire Les Mots Qui Consolent... Les Mots Qui Apaisent. Jamais. Aucune. Aucun. Alors Je Souffre Chaque Jour De Ma Vie... Seul Au Monde. Parmi La Foule, La Masse Qui Ne Sait Rien De Tout Cela... Je Reste Avec Mes Souffrances Et T'Attend Pour Qu'Un Jour, Tu Viennes Me Consoler... Et Non Pas Me Menacer De Me... Tuer.

Je Souffrirai Sûrement Toute Ma Vie De Ces Accidents-Là... En Espérant Qu'Il N'y En Ai Pas D'Autres... Et Que Celles Et Ceux Qui Me Sont Chers S'En Aillent Au Ciel En Paix, En Leur Sommeil... Sans Souffrir... Ma Famille Est Décimée Et Je N'Ai Presque Plus De Contacts Avec Celles Et CEux Qui Sont Venu(e)s à L'Enterrement De Mon Papa... Les Retrouvailles N'Auront Duré Que Ce Temps-Là... Après... Plus Rien...Certaines Et Certains Ne Se Seront Même Pas Déplacé(e)s Pour Dire Au Revoir à Mon Papa... Ce Que Je Ne Leur Pardonnerai Jamais. 

Alors... Tu Vois, Princesse... Je Crains Qu'Aucune Ne Vienne Jamais M'Apaiser, Me Consoler De Ces Horreurs Dont Quasiment Tout Le Monde Entier Se Contrefout... Et Que Je Reste Seul Avec Mes Morts... Sur La Conscience.Ma Maman Et Mon Papa Auraient Mérité Une Belle Retraite Ensemble... Et Clémentine Une Belle Vie Aux Côtés De Sa Famille Et De Ses Amies Et Amis... Au Lieu De Cela... C'Est La Mort Qui Nous Accompagne Toujours. Toutes Et Tous. Et moi Aussi.

Tu Vois, Princesse... Tu Comprendras Peut-Être Un Jour Combien Je Souffre... En Silences... Et Seul. Je Masque Mes Souffrances Derrière Mon Sourire, Mon En Vie De Partager, Mon En Vie De Vivre... Un Jour... Rien Qu'Une Fois... En Paix. Même Si Je Crains Que Ce Jour-Là Ne Vienne... Jamais. J'En Veux à Dieu Lui-Même De M'Avoir Enlevé Mon Papa à L'Âge De Cinquante-Sept Ans... Si Jeune... Et Clémentine Bressan N'Avait Que Quatre Ans... Cette Année... Cela Fera Vingt Ans Qu'Elle Nous a Quitté... Que L'Irréparable Est Survenu... Je N'Avais Que Vingt-Et-Un Ans... J'Ai Pris Un An De Prison Avec Sursis, Et Un Retrait De Permis D'Un An... Mais Elle Ne Reviendra Auprès Des Siens Que De L'Autre Côté... Comme Je Retrouverai Mon Papa, Le Grand Jour Où Je M'En Irai De La Terre Et Que je Redeviendrai Poussière.

En Attendant... Je T'Attends... Je Te Cherche Mais Ne Te Trouve Jamais. Et Chaque Fois Que Je Sors... Ce N'Est Qu'En Grande Partie Que Foutaises Et Mépris Des Souffrances De Chacun... Que des gens Qui N'Ont Apparemment Pas Connu Le Pire Comme je L'Ai Connu à Trois Reprises... Oui, Parce Que Non Seulement J'Ai Croisé La Mort... Mais un Lâche... Lorsque Je N'Avais Que Quinze Ou Seize Ans... M'a Saoulé La Gueule Après, Un Mercredi Après-Midi, M'Avoir Invité Chez lui... Il Me Passa Un Film... Puis a Essayé De Me Violer... "Tu Ne Bandes Pas?! C'Est Comme Ca Que je Les Préfère...", M'a-t-il Dit... Je Suis Parti En Courant... Ai Vomi Dans Les Rues D'Epinal Sous Le Regard Malveillant Des Braves gens... Puis Suis Allé Chez Mon Grand-Père Où J'Ai Encore Vomi Dans Ses Escaliers... Mais N'Ai Rien Dit à Ma Famille... Par Culpabilité... Il N'y a Qu'à Peine Un An Que Je Leur Ai Dit.

Vous Voyez, +Blanka Pospíšilová... Je Ne Suis Pas Celui Que Vous Croyez... J'Ai Non Seulement... Et Ce Même Si C'Etait Un Accident... Terrible Accident... Donné La Mort à Une Enfant... Ce Qui Fait De moi, Quelqu'un Qui Ne Suis Pas Quelqu'un de Bien... Comme Vous Semblez Le Croire... Mais je Vous Considère Comme Une Belle Amie, Même Ne Vous Connaissant Que Trop Peu... J'Ai Un Profond Respect Pour Vous... Mais Ces Sentiments Qui Nous Lient Ne Sont Pas Que Virtuels... Je Pense... Après Tout Le Mal Que Vous Vous Êtes Donnée, à me Dessiner... Ce Que je Ne Mérite Pas... Que Ce Lien Est Vrai. Et Va Au-delà Des Liens Qui M'Unissent à Nombre de gens Par Ici, à Nancy la Triste... En Trop Grande Majorité... Cela Reste Du Domaine Du Superficiel Avec Un Très grand Nombre... Et Je Rentre Toujours Seul Avec Mes Morts... Sans Un Mot De Soutien... Et Pourtant... Je Souris... Dis "Bonjour" à Chaque Inconnu(e) Que La Vie M'Amène à Croiser... Espérant Parfois Que Ce Lien Se Transforme En... Amitié... Puis En Amour... Mais Cela Ne M'Est... Jamais... Arrivé. J'Ai Un Jour En Un bar, Croisé Un Monsieur De Soixante-Sept Ans Qui Clâmait à Tout Un Chacun Qu'Il Était... Toujours Vierge... "puceau", Comme ils disent... Sorte D'Insulte Pour Se Sentir Supérieur à Celles Et Ceux Qui Résistent Et Cherchent L'Amour Avec Un Grand A... Comme Je L'Ai Toujours Fait... Croyant Qu'Un Jour... J'Oserai Clamer à Ma Princesse Mon Amour... Et Que Nous Nous En Irons Loin D'ici... Qui Sait... Peut-Être à New York... à Tadoussac, Voir Notre Baleine, Simplement Assis L'Un à Côté De L'Autre Au Bord D'Un Feu de Bois, La Nuit... Aux Chutes Du Niagara... Voir Notre Aigle Brun Et Nos Blanches Mouettes, Nos Oies Sauvages... à Brooklyn, Voir Notre Petit Cygne Gris, Et Le Lac De Prospect Park, Que Je L'Emmènerai à L'Endroit Où Dieu M'Est Apparu, De Sa Si Douce Lumière...

Mais C'Est Bien Beau Ces Rêves... Mais En Attendant... En T'Attendant... Je Reste Seul. Et N'Ai Droit à Rien. D'Aucune Femme à Qui J'Adresse La Parole. Que Des Peurs Stériles Et Qui Ne Nous Mènent Nulle Part. Alors Souvent... Me Réveillant Seul Au Monde... Comme Je M'Endors Toujours... Je Franchirais Bien Le Pas Qui Mène à L'Au-Delà... Là Où Hommes Et Femmes Sont Gentils Et Connaissent Le Secret De La Vie Et De L'Amour, Des Bons Sentiments Comme J'Ai L'Immense Chance De Les Découvrir Chaque Nuit Depuis Bientôt Sept Ans... Et Ne Plus Souffrir... Comme Je Souffre Du Silence Chaque Matin De Ma Vie... Et Jusqu'Aux Soirs... Parce Qu'ici, Tout Est Si Futil... Je Ne Parle Pas Là Des Rares Amies Et Amis, Comme Mon Ami Nico' Et Son Émilie, Ni De Toi, Mon Jacques... Mes Vrais Amis Se Font Rares Par Ici... Je Ne Les Conte Plus Que Sur Les Doigts Que D'Une Seule Main...

J'Ai Bien Quelques Sentiments Pour Pauline, Mais Elle N'Échappera Pas à La Règle Devenue Loi... Qui Dit Qu'Elle Non Plus... Ne M'Aimera Pas... Non Seulement Parce Qu'Elle Devrait Prochainement Nous Quitter Du Théâtre Et De Notre Troupe, Pour Poursuivre Son Projet Professionnel, Ailleurs... Loin... De moi, De Nous Toutes Et Tous... Alors J'Essaye De Ne Plus Tomber Amoureux... Parce Que Je Connais La Fin De L'Histoire... Une Histoire Qui S'Est Toujours Répétée... Là Où Je Ne Cherchais Qu'à Offrir Le Meilleur De Moi-Même... Elles M'Auront Toujours Toutes Joué Le Même Triste Rôle... Celui De Celles Qui Méprisent Mes Sentiments Véritables Et Sincères.Là Où Tant D'Autres, à Peine La Rencointre Et La Nuit Passée... Se Déchirent Ou Se CRitiquent, Se Tirent Dans Les Jambes... J'En Connais Des Dizaines Dans Ce Cas-Là... Quand Ils N'Ont Pas Déjà Offert La Vie à Des Enfants. Des Enfants Qui Deviennent Sans Repères, Aux Pères Et Mères Multiples, Selon Le Bon Vouloir De Leurs Géniteurs Qui N'Ont Que Leur Impropre Intérêt En Tête... C'Est Aussi Pour Cette Raison Que Je Ne Cherche Que Toi... Pour Être Sûr De Ne Pas Leur Offrir Cette Situation... ParcE Que... Bien Qu'Ayant Déjà Quarante-Et-Un Ans... J'Aimerais Donner La Vie à Des Enfants, Et Être Heureux... En Fin... Aux Côtés De Ma Princesse... Une Princesse Que J'Aimerais De Tout Mon Coeur. D'Un Amour Sans Failles, Inventant Encore Et Toujours, Pour La Faire Sourire Et Rêver...

Je Regrette Si Je Suis Allé Trop Loin Hier Dans Mes Mots... Mais Parfois Mes Maux Sont Plus Forts Que Le Reste Qui Ne Vient Jamais... Ce Serait Bien... Même Si Je Sais Aussi Que Mister Google Ne Le Permets Pas Souvent... Que Quelqu'Un... L'Un Ou L'Une D'Entre Vous Si Ce N'ESt TouteS Et Tous... Vous Sortiez De Ce Silence Qui Dure Depuis Sept Ans... Même Schizophrène, Je Ne Suis Pas Un Type Mauvais... Donnie Darko Sortant De L’École, Et Qui Court Après Une Jeune Et Jolie Femme, Puis Qui L'Embrasse... Cela N'Arriverait-Il Qu'au Cinéma? Moi, Aucune Princesse Ne M'a Jamais Offert Un Baiser. Rien Qu'Un Seul Et Unique Baiser... L'Ecole Fût Pour Moi Une Prison. Où Je Restais Seul Au Fond De La Cour. Et Durant Des Années Entières, Espérant Qu'Un Jour, L'Une D'Entre Elles Viendrait Me Voir... Me Parler... Me Dire Quelques Mots... Pour Qu'En Fin... Je Ne Sois Plus Seul Au Monde Comme Je L'Aurai Toujours Eté. Comme Je L'Ai Toujours Espéré.


J'Ai Bien Encore Un Petit Espoir... Mais Il S'Amenuise De Jours En Jour... De Sorties En Sortie... Des Sorties Qui Me Ramènent Toujours à Ma Triste Réalité. Celle D'Un Monde Où Le Cœur N'a Plus Sa Place... Je Vais à Nouveau Regarder "Donnie Darko", Ce Soir... Ce Film M'Avait Parlé... Je Ferai Mon Dessin Demain Tout Du Long De La Journée Ou... Si Je Me Réveille à Quatre Heures Du Matin... Cette Nuit-Ci Et Après-Demain... Parce Que Je Dois... Pour Ma Maman... Y Arriver... Mes Dessins Sont Loin D'Être Moches Et J'Ai Mes Chances... Parce Que Quand Je Veux Quelque Chose... J'Ai Bien Écrit Quelque... Chose... Et Non Quelqu'Un... J'y Arrive Toujours... Alors Je Vous Présente Mes Sincères Excuses Pour Les Maux Que Je Vous Ai Écrit Hier Au Soir... Ceux-Là Ne Représentent Pas La Réalité... Et Remercie Vivement +Blanka Pospíšilová De Ses Mots De Soutien, Ainsi Que +Salah Eddine Bellazougui De Son Tiny +1 à Mon Message... Soyez Heureuses Et Heureux... Du Fond Du Cœur. Et Çà... C'Est La Seule Et Unique Vérité... Je Ne Sais Ce Que Vous Attendez De moi... Mais Je Vais Essayer De M'Améliorer Et Ne Plus Faillir... "Te Tenir La Main Un Peu Plus Longtemps", Etait-Il Écrit En Rentrant D'Être Allé à L’épicerie Du Quartier... Je Ne Demande Pas Mieux. Je Ne Demande Que Cela. Que L'Une D'Entre Vous Me Donne La Main.Et Que Nous Marchions Alors Sans Qu'Aucune Ni Aucun Ne Remarque... Que Nous Marchons D'Un Même Pas... Comme Je Les Ai Toujours Regardé... Seul... Mais Cela,  Même Eux Ne Le Savent Pas... Que Les Amoureux Marchent Toutes Et Tous D'Un Même Pas.



Commentaires