******** Pour Ma Maman Et Mon Papa, Et Tou(te)s Les Mien(ne)s... ********

Las, Le Temps Passe...

Déjà Seize Ans Que Tu Es Parti...
Nous T'Attendions Toujours,
Chaque Soir Que Tu Travaillais,
Rentré Tard. Le Soir.
Ton Travail. Ta Passion,
Qui Ne S'Est Jamais Eteinte.
Ta Passion Qui T'Habitait,
Faisant Vivre Les Hommes,
Les Femmes Qui T'Entouraient,
D'Une Passion Commune.
Et J'Aimerais Tant,
Te Prendre Dans Mes Bras,
Te Serrer Fort Contre Moi...
Mais Tu N'Es Plus Là,
Et Je Me Souviens.
Je Me Souviens...
De Ces Si Bons Moments
Passés A Tes Cotés...
Je Me Souviens
Que Tu Nous Emmenais,
Dans La Remorque du Motoculteur
Que Nous Faisions Le Tour
De Notre Maison
Je Me Souviens Des Dimanches,
Où Nous Partions Tous a Moto,
En Direction De L'Alsace,
C'Etait Magique...
Et Je Ne Le Savais Pas.
D'Aussi Bons Moments,
Méritent D'Etre Vécus
Avec Nos Cœurs,
Avec Tout Notre Amour.
Parce Que Le Jour Viendra,
Où Il Sera Trop Tard.
Le Soir De Nos Vies...
Les Souvenirs Renaissent...
Ils Ne Sont Malheureusement,
Pas Que De Bons Souvenirs...
Tu N'As Pas Appris A Dire
Ces Quelques Mots...
Dire "Je T'Aime".
Simplement "Je T'Aime".
Et Tu Ne Savais Pas,
Comment Me Parler,
Comment Me Dire...
Et Je Ne Te L'Ai Non Plus
Jamais Dit. Et Pourtant.
Dieu Sait Que Je T'Aimais,
Comme Tu Le Sais Désormais.
Quand Tu Viens Me Voir,
Pendant Mes Nuits
Et Je Me Lève, Heureux
De T'Avoir Revu.
De T'Avoir Serré Contre Moi,
Et Je Ne Remercierai
Jamais Assez Mon Dieu
De L'Inconscient, Mon Grand Ami
De M'Avoir Montré Ton Travail,
Toi Le Créateur
De L'Empire States Building,
Ou Comment Tu Es Parti...
Aujourd'hui, Je Me Bats
Contre La Maladie...
Pour Toi, Pour Maman,
Et Je Suis Fier De Vous,
Parce Qu'En Mon Cœur,
La Où Brille La Lueur,
Qui Dans Mes Yeux,
A Nouveau Resplendit
Sache Du Haut Des Cieux,
Que Je Suis Fier De Toi,
Comme Je Suis Fier De Maman,
Fier de Mon Frère,
Fier De Ma Petite Sœur,
Sache Que Nous T'Aimons,
Toutes Et Tous
Que Tu Vis En Nos Coeurs,
En Nos Mémoires,...
Il Est Temps Pour Moi
De Me Lancer, D'Avancer...
De Prendre Ta Relève...
De Vaincre Le Mal
Qui Me Hante Encore...
A Coups De Vie Et D'Amour.
Sur Le Bord de La Fenêtre,
Les Oiseaux S'Eveillent,
Tous Ensemble
Déjà, Ils Chantent...
Et Je Crois, Comme Tu Me L'As,
Par Une Belle Nuit, Avoué,
Que Tu As des Ailes Désormais.
Et Je Crois, En Mon Âme
Et Mon Cœur, Que Tu Vis,
Par-Delà Les Cieux,
Que Le Grand Jour Viendra,
  OùNous Nous Retrouverons,
Tous Ensemble
Et Que Je Te Prendrai
Dans Mes Bras, Te Serrerai
Fort Contre Moi...
Et Te Dirai Ces Mots,
Que Je Ne T'Ai Jamais Dit...
"Je T'Aime, Papa."

Jean-Christophe.

Commentaires

Articles les plus consultés