***** Tu Me Manques, Mon Papa. *****



Il N'y a Pas De Courage à Tuer Un(e) Autre Être Humain(e)... Que De La Tristesse. QUAND Cesseront-elles et ils leurs Sal...pes de guerres ??? Je Ne Le Sais Pas... Alors Je Viens Faire Mon Travail... A Coups De Coups De Boules, De Pistolet à Bouchons, De Canons à Lait... (Çà Purifie !!!)... Mais J'Etais Parti Pour Rassembler Les Foules Et Les Peuples... Ce Sera Sans Moi... Peut-Être Me Battrai-Je Jusqu'à La Fin De Mes Jours Sur Terre, à La Don Quichotte... Mais Tant Pis Si Mon Combat Est D'Avance Vain... Je Me Serai Battu Avec Mes Armes... Contre La Dictature Du Prolétariat Et Du système qui Nous Emprisonne Toutes Et Tous... certain(e)s Plus Que D'Autres... , à Coups D'Unsmartphones... Tant Pis Si Je Suis Seul Dans Mon Combat... Je Le Sais Juste... Et Moi, Je N'Assassinerai Personne Au Nom De Dieu... Juste, Je M'Exprimerai, Ayant Reçu Sa Confiance En Nos Idéaux... Qu'En Son Nom... Mais N'Irai Pas Jusque Là Où Tant Sont Allé(e)s... Je Sais Les Innocentes Victimes Du système... Je Sais Également Les Coupables... Je Crois Aux Anges Et Aux Archanges Comme L'ESt Devenu Mon Papa... Me Souvenant Très Bien D'Un Rêve Où Il Etait Assis à Terre, Et Qu'Il Me Dit " Je Sais... J'Ai Souvent Été Absent,.... Mais C'Etait Pour Vous." Que je Lui Répondis Ces Mots... "T'Inquiète, Je Sais Papa... Et Je Te Pardonne.", Puis De Me Réveiller... En Larmes... Après L'Avoir Embrassé Bien Fort Sur Son Front Dégarni...

Aussi Nous Faut-Il Prendre Bien Soins Des Vivant(e)s, Qu'Elles Ou Ils Soient, Nos Papas, Nos Mamans, Nos Grands-Parents, Nos Frères Et Sœurs... Nos Ami(e)s, Vous, Vos Ami(e)s... Avant Qu'Il Ne Soit Trop Tard... Alors Je Viens D'Appeler Ma Maman Pour Lui Souhaiter Une Bonne Nuit Et Lui Dire "Je T'Aime."... Mais Ce Rêve De Mon Papa M'Apporte Beaucoup De Larmes De Douleurs, De Bonheur, De Joie, De Tristesses... Mais Cela Restent Des Larmes...

Je Me Souviens Bien Avant Que leur état Ne L'Interdise De Leurs Lois Liberticides, Nous Arrêtant à Conantray... Après M'Être Allongé Dans La Couchette, Toi Conduisant Le Trente-Huit Tonnes, Moi Derrière Toi, Regardant Les Lumières De La Nuit Défiler.. Une à Unes, Jusqu'à Ce Que Le Marchand De Sable Vienne à Passer... C'Est Là Un Souvenir Ineffaçable De Ma Mémoire, Que Je Vous Conte...

Malheureusement, Notre Papa Nous a Quittés, En Février 1997... Vingt Ans Déjà... J'Aurai Croisé Saïd Ce Jour Qui Est Né Comme moi... Avec Un Pied-Bot, Qui Le Concernant, a Été Mal "Refait"... N'Ayant Pas Eu Le Tendon D'Achille Suffisamment Agrandi, Ni N'Ayant Pas Une Aussi Grande Cicatrice Que La Mienne... Moi, Mes Parents Ont Toujours Pris(e) Soins de moi... Alors Il Est Plus Que Temps Que Je Leurs Rende La Pareille... à Relire Demain Matin, Aux Premières Lueurs De Mon Inconscient Et Du Roi Soleil... N'En Déplaise Aux Âmes Endormies... Commencer Par La Vaisselle (P'tit mémo...), La Vitre De La Douche Et Tous Les Éléments De La Salle De Bains Et des Toilettes...Puis Passerai l'aspirateur Et Récurerai... Ce Qui, Après Vous Avoir Conté Mes Rêves Grandioses Et Miraculeux... Devrait Me Prendre Une Bonne Partie De La Matinée... Je Me Relirai Demain Matin, Aux Premières Lueurs Du Dieu Soleil... Pour Faire Ce Que J'Ai à Faire... Et Ne Plus Rester Tel Un Légume Comme Hier Ou Ce Midi, Devant Mon Ordinateur... Demain, Mon Appartement Et Jusqu'Aux Plinthes, Prévaudront Sur L'Ordinateur... Qu'On Se Le Dise, Ici Et Au Royaume Des Cieux.






Commentaires

A Lhasa, à Junona... <3
With All My Love <3 <3 <3

Articles les plus consultés