****** A Mon Papa Et Ma Maman ******




Oui, Maman...


Je Vais Me Remettre à Écrire Pour Vos Petit(e)s-Enfants... Et Puis... Qui Sait ??? Peut-Être Pour Les Mien(ne)s, Les Nôtres... Sûr Que J'S'rais Un Papa-Poule... à Les Entendre Rire Toute La Journée Durant... Et J'En Serais Alors Le PLUS HEUREUX DES HOMMES... Je Sais Que Ce N'Est Pas Évident Pour Une Maman Ou Un Papa D'Eduquer Son Enfant, Son P'tit Fils Ou Sa P'tite Fille Qui a Tant De Caractère... Moi, Mon Papa Conduisait Des Berliet, Des Magirus... Des Marques De Camions Qui N'Existent Désormais Plus... Bien Avant Monster Googol(e)s, Bien Avant Face De Boucs... Eh Oui... C'Etaient Les Années Soixante-Dix... Il Neigeait Et Il Devait S'En Aller Rouler Sur Les Routes De France... Tard Le Soir, Après Un Court Repas En Compagnie De Son Épouse, Ma Maman... De Notre Grand Frédéric, De Notre Petite Sœur Virginie... Par Une Belle Et Douce Nuit Qui Me Fait Toujours Pleurer... Mon Papa Vint Me Rendre Une Visite Et Me Dit Ces Mots... "Je Sais... Je N'Ai Pas Été Assez à Vos Côtés...", Mon Papa, Tu Me Manques Tellement... Qu'Il Me Dit Alors... Qu'Il Regrettait... je Lui Dis Alors Que je Le Pardonnais... Et L'Embrassai Alors Sur Son Front Dégarni. Pleurant Alors En Me Réveillant...

J'Ai Cette Chance De Rêver De Notre "Jojo", De Ton "Jojo"... Ma Maman D'Amour... Peut-Être Reviendra-T-Il ?!? Je Ne Le Sais... Puisqu'Ensuite Il S'En Alla Sur Une Vieille Barque, Sur Une Rivière Qui Ne Ressemblait à Aucune Autre... J'Arrête Pas De Faire Des Fôtes d'Ortograffes... Tant J'En Ai Les Larmes Aux Yeux... Il S'En Alla, Ramant... Que Je Plongeai Dans La Rivière En L'Appelant "PAPAAA !!!", Que Je Nageai Dans La Rivière Si Profonde Avec Un Sac-à-Dos... Et Les Bandes-Dessinées De Notre Grand Frédé'... Mais Papa Continua à Ramer, S'En Allant Vers Les Confins De La Rivière... "Il Valait Mieux Pour toi Que Tu Ne Le Rejoignes Pas...", me Confia Plus Tard Mon François Parant, Lui mon Bel Ami... "Ou Sinon, Toi Aussi T'En Serais Allé...".

Mon Grand Frédé, Retourné à La Cabane, M'enguirlanda De L'état de Ses Bandes-Dessinées... Toutes Trempées... Mon Papa Me Manque... Même... à Ce Que M'a Dit Mon Bon Dieu De L'Inconscient... J'Ai Digéré Son Départ... Pour L'Au-Delà... Toujours D'Après Notre François... Se Retrouvant Tout Souriant, Sous Une Table De Cuisine... Quinze Années Plus Tard... Son Décès Fut Soit-Disant... Digéré. Mais Pas Pour Clémentine. Qui Était Grise Et à Qui je Fis Des Promesses. Que je Restai seul à Pleurer De Tout Mon Sang. Aux Bords De La Route. Seul Au Monde... Après Cet Horrible Accident. Je N'Etais Qu'Un Enfant de Vingt-Et-Un Ans... Et Pourtant, j'Aurai Connu... LE PIRE. Donner La Mort à Une Enfant Que Chaque Jour, J'Essaye D'Avoir Une Pensée Pour Elle Et Sa Famille, Les Sien(ne)s. Pour Qu'Elle Veille Sur Elles Et Eux. Qui Le Méritent Tellement.

C'Etait Un Terrible Accident, Madame, Monsieur, Mes Chers Enfants... Que Lorsque J'Entends Des Cris D'Enfants... Qu'Ils Soient De Joie Et De Bonheur... Tout Cela Me Rappelle Clémentine Et Ses Ami(e)s Qui Pleuraient Et Criaient, Juste Au-Dessus De ma tête, Sur Le Mur Du Château... Si Un Jour L'On Pouvait Se Rencontrer... à Votre Demande... je Le Ferais... je Viendrais Vous Voir Et Vous Parler... Parce Que La Première De mes Réactions Fut... De Prier Pour Que Dieu Sauve Votre Clémentine... Mais Il Était Trop... Tard.

Vous Voyez, Mes Soit-Disant "Ami(e)s De "Nos" Blogs... je Porte Mes Fardeaux, Que je Fume des cigarettes Et bois de leur alcool, Parce Que Ce N'Est Pas Évident D’arrêter Durant 3 Semaines Quand On Vit Seul... Et Qu'En Fin... Ces Fardeaux m'Emportent... Comme Chaque Jour... Oh! Bien Sûr... Je N'En Parle Pas Tous Les Jours Ni Chaque Nuit... Mais Parfois J'Ai Cette Chance De Revoir Nos Défunt(e)s... Toutes Et Tous Trop Tôt Parties... Vers L'Au-Delà.

 A Clémentine Et Mon Papa,
à Ma Maman,
à Nos Familles Et Ami(e)s...

Je Vais M'Absenter Quelques Temps Pour Avancer Et Ne Plus Faire De Promesses Non Tenues...
Et Surtout à L’Égard De Nos Disparu(e)s...

Peut-Être... Rêvant Souvent De L'Inconscient Collectif De L'Ensemble De L'Humanité... Ai-je Un Devoir à Tenir... à Créer... à Peindre... à Sculpter... Alors Peut-Être Me Sentirai-je Bien Seul Durant Trois Semaines, Au Minimum... Et Tant Pis Pour Monster Googol... Et vos Statalakon... je Reste Un Être Humain Et Comme Tout(e) Être Humain... J'Ai Plus Besoins De Mots Que De Première Page De Soit-Disant "Ami(e)s"... "Virtuel(le)s"... Mais Cà... Le Jour Où Vous Le Comprendrez.. J'En Doute Qu'Il Arrive... "Ma Chanson Lui a Pas Plu,... N'En Parlons Plus !!!", Chante Le Grand Renaud.

Ad Vitam Æternam.

Commentaires

Articles les plus consultés