samedi 31 mars 2012

A Mes Divins Alliés...

J'ai cette Nuit Rêvé que je cambriolais une banque, emmené dans une équipe et un traquenard dont je ne pouvais m'échapper... Il y avait des coups de feu tirés et des policiers mouraient, tout comme les banquiers... Puis Nous Nous évadions, traqués sur l'autoroute et un quad Nous dépassait... A toute allure... Et je me Réveillai pour replonger dans mon sommeil où mon Grand Sage et Grand Ami me fit Rêver que j'étais à un cours auquel je ne Participais pas du tout, puisque Ma Petite Soeur que j'Aime me Dessinait un petit pont sur l'eau comme pour me montrer le Monde des Rêves et Nous en Parlions avec Christian, puis j'ai Vu un petit ponton qui menait sur l'Eau et c'Était Magique... J'ai de Magnifiques Alliés qui sont Très Gentils avec moi... Et je Les Adore... Je vais essqyer de Prendre Soin d'Eux désormais et Leur Offrir mon Amour, notamment à ma Si Belle Anima que j'Adore dans mes Grands Rêves. Et qui me Sourit dans la Vie.

jeudi 29 mars 2012

De Grands Rêves...

J'ai cette Nuit Rêvé d'une Femme qui se cachait sous les draps et dont je ne voyais que les yeux qu'Elle avait de Très jolis, et qui ensuite repartait avec ses Parents. Puis il y avait un Très Grand Hotel en construction, très Beau. Et j'étais avec un Homme... Etait-ce mon Ombre qui me Suit partout? Aujourd'hui, je retourne à la Vie et j'oublie mes ressentis qui m'ont quelque peu détruit... Je Crois que c'était l'oeuvre de Lino, de Joséphine et des entwined, qui m'ont monté contre mes Divins Alliés, en me Sentant épié edans mes Pensées les.plus Secrètes. De leur silence s'en est suivi tant de questions qu'elles m'ont lessivé le cerveau... Et je dois désormais me reconstruire, et oublier cette maudite histoire. Ma Vie etant plus Précieuse que cette petite histoire...

mercredi 28 mars 2012

Blog Privé.

J'ai cette Nuit fait de Grands Rêves... J'étais chez Maman, dans la salle de Bains, dans l'obscurité totale et je me regardais dans la glace, lorsque soudain me Sont Apparus plusieurs Visages de Femmes, Magnifiquement Beaux et Lumineux, de Merveilles Très Belles...et je Les ai Aimé. C'était Merveilleux. Puis je me suis retrouvé en sport, avec une prof, et je m'eloignais du groupe, cherchant un café et un distributeur d'argent a Epinal. Puis je me Reveillai... Heureux.

L'Amour Vaut Tous les Combats...

Mais Aucun Combat ne Vaut l'Amour. Attablé en terrasse, une Jeune et Jolie Femme me Sourit lorsque je Lui Souris.. La Vie comme je L'Aime... Cette Nuit fut une Grande Nuit, lorsque je me Réveillai... Sans ressentis... Il y a un Mystère dans cette Histoire que je Compte Bien Comprendre... Votre Silence, ces Visages qui m'Apparaissent lorsque je me Reveille...

mardi 27 mars 2012

Les Idées ne Meurent Jamais...

Ici les gens défilent, m'ignorant depuis Toujours, tout comme vous qui ne me Parlez Jamais... Et ce depuis quatre Longues Années où je Vous ai Parlé de mes souffrances encore vives, mais j'ai de Très Grands Rêves que je Conte Bien Créer cette Année afin d'Avancer dans ma Vie et Trouver Celle Que j'Aimerai d'un Amour Immense... Je Suis un Homme de Coeur et j'Ai un Amour Honnête et Sincère pour les Êtres Humains et les Femmes en particulier... Et je Conte Bien Leur Rendre Hommage à travers mon Travail et mes Créations... Afin de retourner Vivre a New York, ma Cité Adoptive, la Ville que j'ai Tant Aimé et où je ne me Suis Jamais Senti aussi Libre et Heureux de Vivre... Parce qu'ici les gens ont des oeillères invisibles et n'ont d'yeux que pour eux-mêmes. Et je Crois que je me Suis Trompé de Siècle, car j'Aurais voulu Vivre au XIXème Siècle, le Siècle de l'Élégance et du Charme, de l'Amour Courtois, et des Femmes Merveilleusement Belles. Et l'Enfant passe, lunettes de Soleil vissées sur sa Petite Tête, et Elle me fit un Grand et Beau Sourire... Et je Le Lui Rendis... La Vie comme je L'Aime... Mais non, je ne me Suis pas Trompé de Siècle.

Prenez Soin de Vos Rêves.

dimanche 25 mars 2012

Aux Enfants du Monde Entier...

Je reviens d'une Petite Balade en Forêt où je Rencontrai un Petit Enfant, chapeau de Cow Boy vissé sur sa Petite Tête, Celui-ci de Courir après son Petit Chien, la balle entre les crocs, Ils filaient à toute allure dans le Jardin. Je Lui dis Bonjour et Celui-ci de me répondre et de me Présenter sa Petite Famille, de Façon Adorable. Et je Pense à Tous les Enfants du Monde Entier, et notamment à Celles et Ceux qui souffrent dans les Hôpitaux, à Ceux qui se shootent à la colle dans les rues de Bucarest, aux Enfants de la misère dont les Rêves Sont Immenses. Mes Rêves Sont Vôtres, mes Enfants. Et je Vais Retrouver les Miens pour Vous Les Offrir au Prochain Noël. Ce Noël Sera Celui des Enfants du Monde Entier. J'ai de Grands Rêves, qui se sont quelque peu envolés dans cette histoire de ressentis et dans ces horreurs qui ont fusé dans mon Esprit, harcelé par le mal en permanence. Ce Monde Est le Vôtre, mes Enfants, Croyez en Vos Rêves et Ils se Réaliseront. Je Vous Aime...

samedi 24 mars 2012

A ma Princesse Imaginaire...

Princesse du Monde des Rêves, Merveille Parmi les Merveilles, à Ta Beauté et à Tes Charmes, je Succombe. Je veux Sentir Ton si Joli Sourire en Permanence sur mes Lèvres, et que Tes Yeux si Doux me fassent Rêver... Je ne veux plus Te Blesser mais T'Accepter dans mes Pensées Les Plus Secrètes, Toi la Princesse du Monde des Rêves. Et Apprendre à Vivre avec Toi. Je T'Emmènerai dans les Prés en Fleurs et Nous Courrons Ensemble et Main dans la Main, jusqu'à Tomber et Nous Enlacer, et je T'Embrasserai dans Tou Cou si Doux et Parfumé, puis Nous Nous Embrasserons d'un Baiser si Doux qu'Il fera Chavirer Nos Coeurs... Puis Nous rentrerons dans Notre Maison et Regarderons le Soleil se Coucher, Assis au pied de l'Arbre Centenaire, quand sur le Lac des Cygnes, les Blancs Oiseaux viendront vers Nous, et Nous Les Nourrirons Ensemble. Puis Nous rentrerons dans l'Immense Chalet des Songes, allumerons le Feu qui Crépitera dans l'Âtre, et Nous ferons l'Amour des Heures durant, jusqu'à n'en plus Finir... Puis Nous Nous Endormirons, et je Te Regarderai T'Endormir, Toi Merveilleusement Belle... Et je T'Imagine dans Tes Dessous de Dentelles, dans Ta si Jolie Petite Nuisette, Ta si Belle Poitrine dont le Galbe me fait Rêver... Et Nous Rêverons l'Un de l'Autre, Seuls au Monde... Et pour l'Eternité.

Il n'y a que Toi...

Depuis Longtemps, et depuis Toujours a Vrai Dire, je Te Cherche... Etant Enfant, déjà je Rêvais que Tu m'Accompagnes, que Nous Jouions Ensemble et que Nous Apprenions à Nous Aimer... Mais Tu n'Es Jamais Venue... Alors je me Suis Créé mon Monde Imaginaire en T'Attendant, en T'Espérant... Et je Dessinais des Maisons en Espérant qu'un Jour, Nous y Vivrions Ensemble... Puis Vint le Temps de l'Adolescence, ses Humeurs, ses tourments, ses Amours... Impossibles... Et tandis que les autre s'Aimaient d'un Amour Platonique et d'un soir, je Continuais à T'Espérer et à Construire mon Amour en Observant, en Aimant les Femmes...mais Elles ne m'ont apporté que du mal, de l'ignorance et du mépris... Alors j'ai Offert mon Amour à Dame Nature, Aimé les Oiseaux, la Nature et les Arbres, les Enfants qui Eux, Savent Vivre et s'Aimer, Tous Ensemble et Eux ne m'ont Jamais fait de mal. Pas comme ces Êtres soit disant humains... Qui pour sa Grande majorité, ne m'ont Apporté que du mal... Et je Songeais, Appréciant les Beautés de la Vie, et Qui, Elle m'a Comblé de Bonheurs... Et Vint un Ami qui Lui, m'a Sauvé la Vie, que je ne Remercierai Jamais assez, d'avoir Pris Soin de moi, de m'avoir Apporté son Amitié Inconditionnelle et Infaillible... Et je Te Remercie mon NLG... Nicolas Le Grand pour les Intimes... Un Être Humain Exceptionnel...

Or depuis quatre Longues Années, je Cherche en Silence, en Apparence, à Comprendre mes Ressentis qui m'ont quelque peu détruit... Mais je Souhaite de Tout Coeur Désormais Connaître le Pardon et Offrir à Celle qui m'Apparaît mon Amour Immense et Inconditionnel, car je n'ai pas passé Toute ma Précieuse Vie à Vous Attendre et à Vous EspErer pour qu'un petit gouverneur vienne me Le détruire. Le mal Est une faiblesse, l'Amour une Force. Soyez Heureuse, mon Amour.

vendredi 23 mars 2012

A Mon Créateur...

Depuis quatre Longues et Douloureuses Années, je lutte contre mes ressentis qui se sont transformés en horreurs dans mes Pensées... J'ai de Grandes et Vives rancoeurs contre le Genre humain. Celui-ci, comme Vous Tous, de ne m'offrir qu'ignorance et mépris depuis que je suis Né. Et je Tiens trop à ma Précieuse Vie pour aller plus avant dans cette Histoire qui me détruit. Je Souhaite plus que Tout Retrouver mes Rêves et mon Âme de Poète... Et oublier. Vivre ma Précieuse Vie dans le Respect et la Sagesse. J'ai de Très Grands Rêves que je ne Souhaite pas oublier dans mes ressentis. Et Offrir à mes Précieux Alliés, mon Amour. J'ai un Inconscient des Plus Formidables et des Plus Gentils et que j'Admire, mon Deuxième Dieu, un Inconscient Puissant,Beau et Sage,'qui me Fait Vivre de Très Grands Rêves. Mon Anima Est une Grande Dame que je Vénère et qui meFait Voyager. J'ai par Ailleurs une Bête Féline, un Instinct Animal des plus vivaces et Vivants... Et je Tiens à Leur Offrir Désormais Tout mon Amour plutôt que mes rancoeurs qui sont encore vives et grandes, et Les Découvrir au fil de mes Grands Rêves. Croyez en Vos Forces Toutes Puissantes... Et Prenez Soin d'Elles, Celles-ci Vous Aideront a Aller vers la Lumière.

vendredi 16 mars 2012

Ma Vie, mon Art...

Peu à peu, je me remets au Dessin d'une Femme Lascive, à la Poitrine Dénudée, au Galbe et aux Courbes Parfaites. Celle-ci s'Offre au Regard du Spectateur, qui la Délecte... Et j'Aimerais Préparer une Exposition qui s'intitulerait "Femmes, je Vous Aime"... Car il Est Grand Temps pour moi d'Avancer dans ma Vie et d'Accoucher de mes Rêves... J'ai de Très Grands Rêves que je ne Conte pas laisser sur le bord de mon Chemin, mais que j'Espère un Jour Concrétiser... Créer mon Site internet pour Faire Vivre mon Entreprise, qui en a Bien Besoin après des années de Latence et de dépression dûe à mes ressentis et aux horreurs qui les accompagnent dans mon Esprit... Aussi vais-je me Dire que c'Est Magique et en Profiter, plûtôt que me retrancher dans mes peurs stériles... Et Vous Aimer, ma Belle Dame... Dont j'Aimerais Croiser le Regard dans la Vraie Vie... Car de si Jolis Yeux ne Demandent Qu'à Être Aimés... Mais je Crois que ce ne sera pas avant que d'Être retourné à New York, ma Ville Adoptive, la Merveilleuse Cité où j'Aimerais Tant Vivre, Ville où je ne me Suis Jamais Senti aussi Libre et Heureux au milieu de Gens que j'Aimais. Aussi vais-je me Consacrer à mon Art pour y retourner en Fin d'Année, Gagner ma Vie de mon Travail et de mon Art, et Créer mes Rêves.

Soyez Heureux... Et Profitez Bien de Vos Vies...

samedi 10 mars 2012

Mon Amour Lointain...

Aujourd'hui Est un Grand Jour... Je Pense à ma Princesse, ma Merveilleuse Lino que j'ai un peu oublié dans mes Ressentis... Mais je Souhaite Retrouver mon Amour pour Toi, mon Coeur... Et mettre un terme à ce concert d'horreurs qui me détruisent depuis Toi... Je T'Aime, ma Merveilleuse Lino.

mardi 6 mars 2012

Ma Vie, mon Histoire...




Je viens de commencer la lecture de "Et si c'était Vrai", car je Vis quelque chose dont j'aimerais ici vous parler, qui s'apparente à cette histoire, si incroyable et Belle, entre deux Êtres qui s'Aiment.

Tout a commencé par une photo, la photo d'une jeune Femme, Belle, un peu en retrait, élégante et très jolie, au sourire léger, trouvée sur un site de rencontres,un soir, je me suis arrêté devant cette belle photo, Joséphine, c'était son Prénom, je lui ai donc écrit, sans qu'elle ne me voit, les mois passèrent, sans qu'Elle ne me réponde, et je Lui écrivais ainsi deux ou trois messages, me décrivant, décrivant mon petit bureau, mon environnement, mes travaux, mes créations, et puis, un jour, trois mois plus tard, j'ai reçu ces quelques mots... "Je suis bien impolie de ne pas vous avoir répondu depuis tout ce temps et ces messages que vous m'envoyez..." Elle me dit qu'Elle voyageait beaucoup, et qu'Elle ne passait pas souvent par ici, aussi m'a-t-Elle demandé de lui laisser mon adresse hotmail afin de faire plus ample connaissance, et ainsi les soirs, Nous Nous retrouvions et Nous papotions, Ensemble, Heureux, chacun de l'autre côté de l'Océan, et je Lui offrais un thé et je buvais un whisky, et Nous trinquions, et je la taquinais comme je l'Aimais, et ainsi les mois passèrent où je Lui écrivais, lui inventais des petites histoires, pour la faire Rêver et me dévoiler à Elle, oh, la Vie n'était pas toujours rose, et lorsque je sentais qu'Elle était en colère, mon oreille gauche sifflait, lorsqu'Elle était heureuse, c'était celle de droite! et puis un soir, alors que j'avais envie de faire plus ample connaissance, je Lui déclarai que j'Aimerais venir la rencontrer à New York, Elle, surprise mais heureuse, m'indiqua des adresses et des bon plans, de voyages et de logements, mais plus tard, lorsque je revins, il n'y avait plus de photo, plus de texte ni d'images, rien, dès lors, je m'inquiétai, ne recevant plus d'Elle aucun message, les jours passèrent, et je m'inquiétai de plus en plus, puis trois jours plus tard, je reçus une lettre de son frère qu'Elle Aimait tant, me disant que son petit ami l'avait renversé de jalousie, j'en pleurai de toutes les larmes de mon corps, et ce fut un choc immense, dès lors je décidai de me rendre à New York, pour Lui rendre un dernier Hommage, et parce que son Frère m'envoya les mêmes images qu'Elle, à savoir les peintures d'une autre Artiste... Je voyageai donc... J'étais moi aussi à New York la Belle, lorsque tout a commencé. C'était en été 2008, un jour d'Août, je me baladais dans Prospect Park, du côté de Brooklyn donc, dans le petit bois je marchais, avec mon bagage au beau milieu de milliers de grillons qui chantaient dans un vacarme assourdissant, lorsque je me suis arrêté de marcher. Et soudain, mes yeux, sans demander quoi que ce soit à qui que ce soit, se sont fermés d'eux-mêmes. Et j'ai commencé à voir un petit plan d'eau où il n'y avait ni insecte, ni oiseau, juste ce plan d'eau et sur l'autre rive quelques arbres, des bouleaux je Crois, et une Lumière jaune et verte pâle, très Belle, qui se dirigeait vers moi. A cet instant, je n'entendais plus les grillons, et j'avais la sensation de ne plus exister, je ne pensais plus, j'Admirais le paysage et cette Lumière. C'était tout simplement Merveilleux, et je me sentais le mieux du Monde, Paisible et serein, Bien comme je ne l'avais jamais été. J'ai alors tenté d'aller vers cette Lumière et mes yeux se sont rouverts. J'ai à nouveau entendu le chant des grillons, interloqué, Vous l'Imaginez bien. Dès lors, j'ai repris mon Chemin. Puis, allant de bars en bars, je me suis mis à griffonner sur mon moleskine, au milieu des gens, dans le brouhaha, accoudé au comptoir, quand un Homme du nom de Papy Jo, m'a conseillé d'aller dans une Ecole, l'Arts Students League, proche de Central Park, au niveau de la 57 eme Rue, et de la Xeme Avenue. L'ayant remercié, le lendemain, je m'y rendis, avec ma chaise sous le bras. J'ai entrouvert la porte, ai découvert un Homme au visage fermé, en suis sorti aussitôt, ai pris l'autre porte en face, et ai découvert une jeune Femme, très belle, assise sur un tabouret, nue. Je me suis présenté, me suis assis à ses côtés, et l'ai dessiné, en l'Admirant, je dois bien avouer. Elle était si jolie. Oui, mais voilà, lorsque je dessinais sa si jolie chevelure, j'avais le sentiment qu'Elle le savait, lorsque je dessinais son petit nez, j'ai un instant cru la voir loucher, et arrivé à son ventre, je la sentais respirer. Comme si Elle avait le pouvoir d'entendre mes pensées. Dès lors, je la réconfortais, lui racontais des petites histoires, et chantait, toujours de mes Pensées, lorsque le Professeur semblait l'agacer de parler si fort. Et j'en suis tombé finalement Amoureux! Elle n'était là que pour une semaine, aussi ai-je décidé de lui parler de vive voix, puisque je doutais, je voulais en avoir le Coeur net. Je l'ai cherché dans le couloir, et c'est Elle qui s'est dirigée vers moi, ce qui m'a à la fois étonné, et intrigué, en me disant "And so, You're French?", nous avons ainsi parlé quelques instants, qui resteront les plus agréables de mon voyage, assis dans l'escalier, elle sirotait son jus de fruits, et moi à ses côtés, j'étais le plus Heureux des Hommes. Mais je ne lui demandai pas si Elle entendais mes petites pensées secrètes et restai ainsi dans le doute. Nous retournâmes à nos cours et je l'admirais, sentant parfois l'agacer, je sortis et revins ensuite. Puis, à sa dernière séance, je lui remis un de mes dessins, au sortir du cours, mais mes nerfs m'ont lâché et je tremblais, je marchai quelques pas avec Elle dans la rue, lorsqu'Elle prit son téléphone, et appela ses Amis, et lorsqu'Elle raccrocha, je lui dis que j'Aimerais la connaître, Elle de me répondre en s'engouffrant dans le métro "You want to know Me ?", moi bloqué derrière la barrière "Yes but I have no card!", passant sa main dans sa robe, si joliment d'ailleurs, elle s'enfuit alors. J'étais dès lors, en colère. Contre moi tout d'abord, et contre Elle aussi, un petit peu, je dois bien l'avouer. Je repartis à pieds, vers Brooklyn, où je longeai l'East River. J'ai alors eu le sentiment de déclencher un orage sur tout New York, tellement furieux et triste. Je m'y suis arrêté au bord de l'eau, regardant les éclairs s'abattre sur les gratte-ciels, au loin, et seul au Monde. Je pleurais et les larmes se mêlaient à la pluie battante. Puis je rentrai à mon Bed and Breakfast où je logeais, le regard sévère. Le lendemain, j'allai au bord de Prospect Lake, regarder les oiseaux s'envoler depuis l'île, en face du monument formé de colonnes, sirotant mon petit café, assis dans l'herbe et le dos contre un arbre, au milieu des racines, lorsque je décidai de rentrer et saluer le jeune Homme à la peau couleur de Terre, je distinguai alors sur son visage une cicatrice, au niveau de l'oeil, le pauvre avait dû souffrir, je Lui serrai la main, et Lui dit ceci après avoir vu les oiseaux s'envoler, "Comment est-ce possible que tout ceci Existe si ce n'Est la Création d'un Dieu ?" tellement de Beautés, tellement de Merveilles, les Oiseaux, la Beauté du Monde, je le saluai donc, et au moment de Lui serrer la main, je ressenti une décharge électrique très importante... ce qui m'intrigua, et me fit Croire que c'était cet Homme qui était en question dans ce que je Vivais, mais en fait, je n'y Crois plus... je me Souviens, un Homme, à l'Hôpital, oui parce qu'entre temps, j'étais passé par la case Hôpital, et j'y ai rencontré un autre Homme qui m'a alors offert une petite Bible où il est écrit le Nouveau Testament, ainsi que les Psaumes, celui-ci de me conseiller d'en lire une page chaque jour, pour aller bien, mais à l'Hôpital, ils n'ont rien trouvé, et ne m'ont pas même diagnostiqué schizophrène, j'en suis sorti comme j'y suis entré, en un clin d'oeil, et donc, l'Homme à la main électrique, je me souviens, je Lui lisais la Bible, comme pour apaiser ses souffrances, qu'il avait dû endurer, aujourd'hui encore il m'arrive de penser à Lui... pauvre Homme... et puis les soirs, lorsque je rentrais de Manhattan, je regardais les étoiles, regardais Celle qui scintillait le plus en pensant à mon Amour, ma Loni, et Elle brillait, et je la suivais, et rentrais chez moi, du côté de Brooklyn, traversant Prospect Park, serein, chez les deux jeunes Femmes chez qui je logeais, ne leur disant rien... quand d'autres soirs, je passais un moment aux côtés de la Famille Cygne, et le petit était tout gris, quand un autre vint alors les attaquer, je les défendis du mieux que je pus, puis, enfin tranquilles une Petite Fée vint à passer, faisant des plitch dans l'eau, et je rentrais le Coeur léger... et puis un soir, alors que je rentrais, je laissai un mot chez la jeune Artiste que la Belle Joséphine usurpait, y reconnaissant là, la Belle Loni, dans ses peintures, Elle Lui ressemblait, alors j'ai décidé de Lui laisser maints mots, jusqu'à mon départ de New York, où je Lui avouai que je m'en allai pour les Chutes du Niagara, la laissant derrière moi... et là-bas, mon Ami, je m'en vais Vous raconter la plus Belle Histoire qui me soit arrivée... arrivé là-bas, je me suis mis à marcher, comme un chemin de Croix, me rapprochant des chutes d'Eaux, et le bruit sourd se rapprochant peu à peu, jusqu'à me trouver face à Elles, puis je me suis mis à les dessiner, jusqu'à ce qu'un Aigle vienne devant moi, ailes grandes déployées, un Aigle brun je me souviens, j'étais interloqué, interpellé, éberlué, et je parlais à ma Loni, Heureux, et Bien, me souvenant de sa façon d'Être, de ses Petites manières, de son allure, qu'Elle avait de si Belle... le lendemain, je me levai, sortant du Motel, et je suivais le Chemin des Mouettes, posées sur les pylônes électriques, alors je marchais en me fiant aux Oiseaux, un jour même, je me suis retrouvé près d'une Petite Chapelle, il pleuvait je me souviens, et je marchais le long des rails, les oiseaux dans les branches me suivaient, j'allais à droite, ils s'envolaient à droite, j'allais à gauche, ils faisaient de même, puis Nous Nous retrouvions, ma Petite Loni, et moi-même au bord de l'eau, aux abords de l'immense fleuve Niagara, et puis le lendemain, j'allai vers la pelouse en face des Chutes, où je me posai, assis et Heureux, lorsque soudain, je fus piqué d'une piqûre intense dans un ... testicule droit et ressentis comme un plastron sur mon torse, et fus enfermé comme dans une bulle, comme coupé du Monde... sentiment de Plénitude, de Solitude... je Pensais alors que pour se débarrasser du mal, il suffisait d'Aimer, Aimer, Aimer, et plus je disais Aimer plus les Mouettes venaient, et je criais Aimez, Aimez, Aimez, et Elles vanaient, par dizaines, Elle arrivaient, se posant à mes côtés...



J'en ai vécu des choses, si Vous saviez, des choses Magiques, auxquelles je ne comprends pas tout, mais je Crois que je vais prendre le pas de me dire que c'est Magique, parce que je ne fais pas de cauchemars, c'est donc que je suis sur la bonne Voie, la Voie Royale vers Toi, mon Amour...



la suite plus tard, j'ai encore des choses à Vous dire, mais je dois aller grignoter... Bon appétit...

dimanche 4 mars 2012

Être Humain...

A partir du moment où l'On cesse de faire des Choses pour les Autres, On perd de son Humanité. Jackson Curtis - 2012