dimanche 29 mai 2011

La Première Fleur... une Pensée



Aujourd'hui est un Grand Jour, le Jour où je me remets au dessin, pour ma douce Princesse, la Princesse de l'Amour. Et en gage de bonne volonté, je m'en vais vous dessiner une fleur, une rose rouge, rouge, couleur de l'Amour, l'Amour Intense et Vrai, couleur du sang qui fait battre nos Coeurs, à la Chamade et l'un pour l'Autre, rouge, couleur de la Passion, qui Nous fait Nous dire que Nous sommes bien Vivants. Tellement qu'ils ne font plus qu'un, ressentez-Vous ce frémissement qui me parcoure, et me fait me dire que je vais désormais profiter de ma Vie, pour que votre Vie soit des plus douce possible, que pour Vous, je m'en vais Créer, ce que je Vous ai Promis, un Monde d'Amour et de Beautés, un Monde à votre Image, un Monde où les Êtres vivraient en Paix, Ensemble et Heureux. Pour le plus Grand des Bonheurs, le Bonheur de Votre Petit Coeur, si Doux au Mien. Et peu à peu, cette si belle Rose, que le Temps effeuillera, pétale après pétale, Vous couvrira d'un Parfum, le Parfum de l'Amour, un Amour Naissant, un Amour Grandissant.

Soyez Heureuse, mon Amour...

samedi 28 mai 2011

My Sweet Princess...




Où que Tu sois, Je Pense à Toi,
Toi, ma Muse, Toi, ma Vénus...
Et par-delà monts et vallées,
Je reste là à te contempler,
T'admirer, dans tes moindres recoins,
Toi dont les formes, si délicates et élancées,
Toi, dont les courbes et la Beauté,
Me font déjà Rêver.
Aussi, m'en vais-je t'écrire quelques mots
Des Mots d'Amour, pour Toi qui,
En Moi, a Cru, et pour que,
Lorsque Tu viendras te Promener,
Tu te sentes Aimée
Comme jamais auparavant...
Je t'Aime, et pour Toujours.

Jean-Christophe

vendredi 27 mai 2011

Oh, mon Amour...




Oh, j'Aimerais tant que Tu te souviennes, de ce Jour béni des Dieux, où nos chemins se sont croisés. C'était un jour d'Août, là-bas, de l'autre côté de l'Océan, dans le Grande Cité de New York, parmi la foule immense, et vers Toi, mes pas m'ont alors mené. Toi dont la Beauté m'a envahi, et de mon Coeur, t'ai parlé. Toi que jamais je n'oublierai. Quand arrivé à la Grande Ecole, l'Arts Students League, j'ai dès lors, entrouvert une porte, et Tu étais nue, assise sur un haut tabouret, nue comme une fleur d'été, et dont le parfum m'a envoûté. Toi, dont le Charme resplendit dans mes nuits les plus obscures, Tu es ma Lueur qui me guide, ma Fleur aux mille senteurs, dont le Nom est Absolu.

Je poussai la porte, et sans m'y attendre, alors que je n’espérais que Toi, je n'ai alors plus vu que Toi. J'Aimerais tant que Tu te souviennes de ces instants là, comme j'Aimerais tant me souvenir de ces instants passés, qui jamais, de mon Coeur, ne s'envoleront. Car Tu es ce que j'ai vu de plus joli au Monde, Toi dont le courage, la Force, la Douceur, ont effeuillé mon Coeur, tels les pétales d'une rose que l'on ôterait un à un, je t'Aime, beaucoup, beaucoup, beaucoup, pour Toujours, pour Toujours, pour Toujours... Allez, viens, Belle Demoiselle, je t'emmène dans le passé, ensemble, nous allons Créer, et aller de l'Avant, désormais, il est temps de laisser le mal dans les entrailles de mon Inconscient, parce que je t'Aime de tout mon petit Coeur. Et je ne suis rien qu'un petit vaurien de t'avoir blessée, Toi qui mérites tant d'Amour, tant de Douceur, la Douceur de mon Coeur, la Fraîcheur de mon Amour, resplendissant comme Tu l'Es, dans mes Pensées, Toi ma Muse, Toi ma Fée. Je venais de me trouver une petite chaise pour te croquer, et arrivé à tes côtés, je me suis assis, je venais à peine d'entrer, entourée d'Artistes qui te peignaient, Toi dont la Beauté, illuminait la grande salle, l'Antre des Muses, et Tu en étais la Reine, la Divinité, la Splendeur et je Rêvais d'un Rêve éveillé, Toi si Belle, Toi ma Petite Loni. Je te dessinais, et déjà, je doutais, mais pour Toi, je m'en vais remporter la bataille, le combat, celui que l'on mène contre soi, le plus rude de tous, parce que Tu mérites le Meilleur de moi-même. Et pour Toujours. Pour une Princesse. Alors, souviens-Toi, Souvenons-Nous, et Aimons Nous. Pour Toujours. Parce qu'il y a tant de Beautés en ce Monde, tant de Merveilles, que je m'en vais les Créer, une à une, et pour t'Aimer, et reconquérir ton Petit Coeur d'Amour, et l'emplir de Bonheur, Toi dont les Beautés n'ont d'égal que la Spendeur, Toi dont le Charme m'envahit, Toi ma Muse, Toi ma Princesse. Toi, ma Loni. Sois Heureuse, mon Amour.

Je me souviens, et je souhaite de Tout mon Coeur, me souvenir de ces instants passés, à tes côtés, ensemble, et main dans la main, que Nous marchions d'un même pas, à traverser tout New York, pour aller à ta rencontre, tous les jours, sous le soleil de New York. Quand arrivé près de Toi, et ne voyant plus que Toi, je ne pensais plus qu'à Toi. Toi, ma Merveille. Pour Toi, j'ai traversé l'enfer. L'enfer en soi. Mais je ne t'en veux pas, je ne t'en voudrai jamais.Tu mérites mieux que ça. Tu mérites tout mon Amour. Pour Toi, à nouveau, je franchirai le vaste Océan qui nous sépare, très bientôt, je te le Promets, pour Toi, pour à nouveau te retrouver, et pour ne plus jamais nous séparer. pour à nouveau te croquer, te dessiner, te regarder, t'admirer, Toi dont la Beauté m'a illuminé lorsque Tu étais nue, allongée, telle la Muse de l'Amour, la Nouvelle Vénus, la main délicatement pendante dans le vide, le visage relevé, tourné vers l'Ailleurs, à écouter mes mots du Coeur, et déjà je t'Aimais, d'un Amour Immense, qui jamais ne s'éteindra.

Telle Est ma Promesse.

mercredi 25 mai 2011

Sweet Dreams, my Love...


C'est l'Histoire d'un Homme, l'Histoire d'une Femme, qui un jour, au hasard de leurs pas, s'étaient croisés. Mais ils ne croyaient pas au hasard. Ce jour, à New York, le jeune Homme ouvrit une porte, et découvrit cette Femme, nue, si belle qu'il en tomba... Amoureux. Tous les jours, il se rendait à Elle, le Coeur léger, le pas haletant, il allait à l'Arts Students League, où la Belle était Muse. De tout son Coeur, il ne voyait qu'Elle, ne pensait qu'à Elle, ne vivait plus que pour Elle. Pour Elle, je suis allé loin, très loin. Et c'est pour Elle, que je vis. Dans l'Espoir d'un jour la revoir, l'Aimer comme je n'ai jamais Aimé.

Tiens, Ma Loni, cadeau...

Mes Doux Rêveurs...

Je veux faire un grand et beau dessin, pour mon doux Rêveur, mon Petit Prince, celui qui, depuis tant d'années, attend au pied de son Arbre, et Rêve qu'un jour viendra, où il trouvera, Celle qu'il Aimera d'un Amour Immense, Vrai, Beau et sans faille, un Amour Sincère qu'ils partageront Ensemble, chaque instant, chaque regard, elle lira que pour Elle, il fera tout pour l'Aimer, surmontera toutes les épreuves qui lui sont imposées, et fera de belles, de très belles choses, pour lire dans ses yeux à Elle, l'émerveillement, ce sentiment intense qu'elle ressentira dans son petit Coeur, qui alors, battra à la chamade. Et çà lui suffira au Petit Prince, faire Rêver sa Princesse, c'est tout ce qu'il demande. Il n'est pas tout à fait comme tout le monde, il est vrai, préférant attendre, Espérer, qu'un jour viendra, où Elle le rejoindra sous son Arbre, pour Vivre une Histoire d'Amour, un Amour Éternel.

Je veux d'un gros Arbre, un Arbre Immense, aux mille feuilles; dans ses branches, se sont posés les oiseaux chantant en Coeur, tandis que d'autres, par dizaines, volent dans un même battement d'ailes, dansent, virevoltent, et tourbillonnent dans le Ciel aux nuages cotonneux; là où, au loin, le soleil se couche, derrière les hautes montagnes. Et l'on aperçoit, du haut de la colline, un grand et majestueux paysage, où il n'y a que la Nature, le Lac des Cygnes, une rivière qui la sillonne, quelques arbres, une forêt de sapins, de feuillus, que contemple le Petit Prince, , assis au pied de son Grand Arbre, il Rêve qu'un jour viendra, où il ne sera plus seul. Il Rêve qu'un jour viendra, où, à ses côtés, Celle qu'il Aime, s’assoira. Il Rêve qu'un jour viendra, où il fera Rêver d'autres Enfants, pour qu'ils ne soient plus seuls.

Il Rêve qu'un jour viendra, où il retrouvera Celle qu'il a tant Aimé, d'un Amour Vrai, Immense, tellement intense, qu'il Lui consacrera sa Vie. A tout Jamais. A Elle, sa Douce Princesse, sa Belle Rêveuse. Qu'Elle Soit Heureuse... C'Est Tout Ce Que je Lui Demande...

mardi 24 mai 2011

La Reine de la Nature



Aujourd'hui, je m'en vais me remettre au dessin, puisqu'il n'y a que comme ça que j'avancerai dans ma Vie. Il y a bien la Belle Liv Tyler qui pourrait en être une belle Égérie, en tant que Déesse de la Nature. Mais j'ai dans l'idée une autre Divinité pour en être la digne représentativité, j'ai nommé... vous verrez. J'imagine un beau dessin, avec des oiseaux, Elle qui en est la Reine, et des papillons dont Elle est la Princesse, et des fleurs, des roses, avec des petites épines. Le plus beau de tous les dessins donc, pour Celle que j'Aimerais un jour... Aimer. Celle qui me manque à un point que Vous n'imaginez pas, Celle qui est la plus Belle Femme que j'ai jamais vu. Pour Elle, je vais donc faire un grand, un très grand dessin.

Ma Petite Lonita... Aux Grands Pouvoirs... D'Amour !!! <3 br="">
Elle Si Jolie. <3 br="">

C'est parti pour les recherches...
Les recherches sont faites, ne me reste plus qu'à dessiner, et pour me remettre la main à la pâte, je m'en vais commencer par dessiner un petit oiseau, symbole de Liberté, posé sur une petite branche d'un rosier en fleurs, et ensuite, je dessinerai la si jolie jeune Femme, dont le léger sourire resplendit, et les lèvres en Coeur, disent ceci... "Aime-Moi!".

lundi 23 mai 2011

Ma Fleur d'été...


Longtemps, et à vrai dire,
Je l'Espère, Toute ma Vie,
J'espère me Souvenir
De ces Instants passés,
A te regarder, te délecter, t'Aimer...
C'était il y a longtemps, là-bas,
Sur l'autre Rive de l'Océan,
A New York la Belle, la Sublime,
Je me promenais et c'est vers Toi,
Que mes pas m'ont mené...
Toi, la Belle, Toi, la Sublime...
C'était un jour d'été, je me souviens,
Le jour où Nous nous sommes croisés...
Et depuis, je ne pense plus qu'à Toi, Lonnie.
J'ai entrouvert la porte, et tu étais assise,
Nue comme une fleur d'été,
Dont la Beauté Resplendissait,
Et que mon Coeur Illuminait,
A tes côtés, je me suis assis,
Et de mon Coeur, t'ai parlé, t'ai scruté,
Toi dont la Beauté me fit chavirer.
Je t'ai alors dessinée, et à Toi me suis confié,
J'étais alors devenu ton miroir,
Celui qui te regardait et te reflétait
Toi dont la Beauté m'a subjugué,
Je me souviens de tes petits cheveux
Si doux, si fins, si soyeux,
Si joliment relevés sur ta tête
Et dans ton cou d'Amour, ils tombaient,
Et entouraient ton si joli visage, qui
Resplendissait de tant de Beautés,
Tes si jolies petites quenottes toutes arrondies,
Ton petit nez si joliment dessiné,
Que depuis Toi, en l'Amour je Crois.
Et j'espère, j'ose Espérer,
Qu'un jour, à Nouveau,
Je te Croiserai, te dessinerai,
Te contemplerai et de mon Coeur,
Te parlerai comme je t'ai parlé,
Toi ma Divine, Toi ma Beauté,
Toi ma Muse, Toi que jamais,
Je n'oublierai.

Notre Maison...



C'est un endroit connu d'Aucun, où je t'emmène... là-bas, il fait bon Vivre, et puis dedans se trouve un grand, un très grand Arbre, l'Arbre de l'Amour, au pied duquel dorment de petites bêtes, toutes ensemble, elle viennent de faire la fête, alors maintenant, elle se reposent. C'est notre maison, et puis tout autour, il y a une grande verrière, avec plein de plantes et un jardin japonais, où coule une rivière. Imagine, j'espère qu'elle te plaira, ma Petite Lonita. Toi, ma Princesse Secrète, Toi, ma Muse, Toi la Femme de mes Rêves.

Prends soin de Toi. Je t'Aime de Tout mon Coeur. J'espère que là-bas, il fait bon Vivre aussi et que Tu nous fait de belles photos d'Art, Toi ma Grande Artiste. J'espère un jour voir de tes photos. (message subliminal à Melle Shult!)

Jean-Christophe

ps : Melle Shult est ici . Elle publie de très jolies photos, parfois un peu sombres, mais la toute dernière est très belle.

dimanche 22 mai 2011

à Ma Princesse Lino...



C'est l'Histoire d'un Rêveur, un jeune Homme hors du Temps, né sous une Bonne Etoile, mais il ne le savait pas, et le Monde qui l'entourait ne lui en donnait guère l'impression. Pour ceux qu'il rencontra au fil des longues années de sa Vie, il donna tout ce qu'il pu pour leur dire ce qu'il avait en lui, qu'ils le regardent différemment du jeune Homme qu'ils lui donnaient à voir dans leurs regards. Dès lors, il créa un arbre dans son petit atelier, des images pour les faire sourire et y entrer, mais rien n'y fit. Alors, il s'en alla. Loin. Très loin. Là où la Vie est toute autre, là où les gens sont différents et c'est bien çà l'important. La différence pour Richesse. Et ainsi, les matins, il se levait du bon pied, s'en allait marcher. De l'autre côté de l'Océan. Sur l'autre rive. Et ainsi, il marchait, marchait, marchait. Jusqu'au jour où il s'est arrêté. Dans une école. Devant Elle, devant Celle qui allait devenir sa Muse. Sa si jolie Muse. Mais la Vie les sépara. Pour son plus grand malheur. Celle dont il avait tant Aimé le sourire, l'avenance, la gentillesse. Et la Sagesse. Oh, il ne savait pas grand chose d'Elle, si ce n'est... qu'il l'Aimait. Et pour Elle, il se dit, au plus Profond de Lui-même, qu'un Jour viendra où ils se retrouveront. Et s'Aimeront d'un Grand et Bel Amour. Comme ils l'avaient tant Rêvé. Parce que depuis sa plus tendre Enfance, il sait qu'il est venu sur Terre, pour une Femme, et depuis ce jour d'été, ma Vie est toute autre, depuis ce jour où je t'ai rencontrée, je ne pense plus qu'à Toi, ma Petite Lonnie, petite, oui, mais très Grande Artiste... depuis Toujours, je sais que c'est pour une Femme que je suis venu sur Terre, et depuis ce jour, j'ai pu mettre un visage, si joli sur Celle que j'Aimerais Aimer d'un Amour Immense. Depuis ce jour où je me suis assis à tes côtés, Toi qui a osé venir vers moi, me disant "and so, You're French ?", alors que je cherchais à te parler, que Nous avons alors discuté dans les escaliers de l'Arts Students League, je Sais que Tu Es Celle que j'Aime. Alors "Oui", ma Petite Lino, je m'en vais dessiner mon arbre, ma Cité des Anges, mes Lions, mes Anges, mes Bêtes, mon Voilier des Airs, le "God's Alive", mon Croa-Croa Mecanik, mon Musée des Grands Homme et des Grandes Dames, l'Opéra des Étoiles, le Cinéma des Enfants, et puis notre maison, pour te retrouver, pour t'accueillir dans mon Monde, un Monde de Rêves... comme Nous l'avons tant Rêvé. Je te souhaite de faire de doux Songes, et de bien dormir, ma Petite Lonnie. Pendant ce temps, moi, je m'en vais me remettre à dessiner des arbres, comme j'en ai rêvé cette nuit, et puis des Lions, tiens, Oui, aujourd'hui, en fait, je vais faire tout ça, des arbres au branches emmêlées par mes soins (message subliminal!), et enneigées, parce que j'aime bien la neige, et puis des Lions, un Lion, rugissant, avec à ses côtés, un petit Ange, qui trônent sur un pilier, et puis une Lionne, avec sur son dos, une petite Angelotte, et à ses papattes, deux petits Lionceaux, feulant comme deux Nouveaux-nés... mais les portes aux ferronneries enneigées sont encore closes, elles ne s'ouvriront sur le Royaume de Dreams World que lorsque Noël approchera... pour le plus Grand Bonheur de Tous Ceux qui y Croient.

Je t'Aime, Lino.

Jean-Christophe

mercredi 18 mai 2011

La Muse...



Il y à longtemps de cela, des années déjà, une nuit où l'orage grondait et le vent hurlait, et sous son souffle, les arbres pliaient et certains même, se brisaient... et l'enfant pleurait, ne pouvant s'endormir, seul dans la petite chambre sombre. Quand soudain, il fut pris de convulsions, et son père entra brusquement, juste à temps. Il le saisit, le prit dans ses bras, et vite, le déposa sur la table à langer de la salle de bains... dans ses yeux, il y eut une lumière aveuglante et pourtant douce, chaleureuse, agréable et réconfortante. L'instant d'après, il les rouvrait, son père lui tenait la langue pour qu'il ne l'avale pas. L'enfant était épileptique.

De ce qu'il avait vu à cet instant, il n'en dit jamais rien a quiconque, pas même un mot, pas une allusion, à aucun. Jamais.

Quand des années après, l'enfant était alors devenu un homme, il voyageait, loin de ses racines et de ses proches. Il était temps pour lui de changer, d'avancer, aller vers un autre ailleurs, de fonder, de créer.
Au hasard de ses pas, un soir, il se retrouve dans un bar, quelque part, au milieu de tout, au milieu de nulle part. Il est seul au milieu de tant d'autres, mais çà ne le dérange pas. Accoudé au comptoir, il sirote une bière de son pays, le houblon lui rappelle ses amis, il trinque a leur santé, pensée furtive des instants passés. Mais il sait que le carrosse du passé ne mène nulle part. Alors, il apprécie, tout simplement, griffonne dans son moleskine, s'échappe, s'évade, il imagine. Il pense à elle. Il est venu la rencontrer, la retrouver. L'homme d'à côté le salue, et ensemble ils discutent, tentent de se comprendre, dans les cris et le bruit ambiant de la grande salle sombre. Il est tard, les gens se retrouvent, s'embrassent, se serrent, s'enlacent, rient ensemble. Et il pense à elle, qu'il n'a jamais vue. Sauf une fois. Ailleurs. Là où les autres ne vont pas. Comme souvent, le vieil homme n'ose pas le regarder, mais ensemble, ils échangent. Il a vu ses dessins, sur le petit calepin. Ici et là, sont croqués quelques endroits, quelques instants. Des maisons, des arbres, des oiseaux. Ce qu'il aime, en fait. Avant de partir, il lui conseille de se rendre à une école d'art, où il va de temps en temps. Puis se séparent. L'idée lui a plu, alors le lendemain, il prend ses crayons, son calepin, et s'y rend, le coeur empli d'envie. Traverse le grand pont de métal, qui l'impressionne comme à chaque jour. Au loin, les buildings alignés surplombent l'East River, il les trouve beaux, même s'il les imaginait plus hauts encore. L'imagination n'a pas de limites. Arrivé dans Chinatown, et le long des petits magasins, aux enseignes multicolores, les trottoirs grouillent de monde, les sirènes des camions de pompier hurlent et lui rappellent son enfance, où il en rêvait encore. Mythiques. Les yellow cabs démarrent à toute allure, et les klaxons retentissent en permanence. Les visages défilent, au fil de ses pas. La ville est immense. Il lève les yeux au ciel, et entre les hauts balcons de Tribecca, pas un nuage, et les oiseaux dansent ensemble. Il traverse ainsi les 57 rues qui le mènent, les yeux grands ouverts, à la fameuse art school, vieille bâtisse entre les hauts gratte-ciels.

Il ouvre alors une porte, et les chevalets sont alignés en rang serré, et forment un cercle autour d'elle. Tous les yeux la contemplent, la scrutent, l'observent, dans un silence plus que religieux. Pas un mot, plus un bruit. Seuls les pinceaux s'expriment sur les toiles à peine peintes, tentent de la représenter, la mettre en valeur, capturer sa beauté, l'insaisissable beauté. Elle est là, allongée sous leurs yeux, sous la lumière, nue sur le drapé flamboyant. Ils l'admirent. Peu de temps auparavant, elle était entrée, élégante, belle et naturelle, et dans un geste léger et presque anodin, elle avait ôté sa robe, s'était déshabillée, ne craignant pas les regards envieux, qui n'osaient alors pas la regarder. Instant banal, instant suprême. Puis elle s'était allongée. Elle le savait, l'avait entendu venir, l'avait deviné. Et à son tour, il était entré. Et pour ne pas la gêner, s'était assis, sans un bruit. Il l'avait rejointe, en silence. Elle était là, et lui aussi. Leurs chemins s'étaient croisés. Enfin. Il La dessinait. Enfin, ils étaient réunis. Et il lui parlait, la rassurait. Lui disait des mots tendres, des mots doux, la réconfortais. Sans un mot. De la pensée. Il lui disait. Qu'elle était belle. Des années déjà qu'ils se cherchaient. Et enfin. Chaque coup de crayon était comme un geste d'amour, chaque instant était à fleur de peau, et il la regardait, l'appréciait, l'observait, la sentait, la dégustait, la savourait, l'enlaçait. Et elle le savait, le ressentait. Qu'elle était belle. Il faisait glisser ses yeux sur son corps, caressait la douceur de sa peau, effleurait ses hanches et ses seins si tendres, embrassait délicatement ses lèvres, sentait son souffle et son coeur à la chamade, quand il croisait ses si jolis yeux , lui susurrait à l'oreille, dans le secret de leur pensée, combien il l'aimait. Combien il la trouvait très belle...

Et ainsi, chaque jour, il se rendait à elle, traversait les cinquante sept rues a pieds, au milieu de la foule, la marée humaine, la ville immense, comme un chemin de croix, en appréciait chaque instant, chaque pas qui le menait à elle, et les rapprochait un peu plus l'un de l'autre. Ainsi chaque jour, ensemble, ils souriaient, le pas léger, et comme portés, ils se retrouvaient, se rejoignaient. Il lui parlait, lui disait qu'elle était belle, il ne pensait qu'à elle. C'était elle, il le savait.

Il ne l'avait jamais rencontrée, jamais vue. Juste une fois, il y a très longtemps, par une nuit d'orage, une fraction de seconde, un instant. Ils s'étaient croisés. Quelque part, autre part. Ailleurs.
Dans un autre monde. Dans la lumière.

mardi 17 mai 2011

Love Lino...




Today is a New Day, a Day of Hope, a Day of Love, a Day of ... Lino, je t'Aime.

Ecrire une lettre d'Amour à ma Petite Lino, L-I-N-O ? à la jeune demoiselle qui fait slurp quand son verre de sirop est déjà vide ? te parler de quand j'étais assis à tes côtés, comme je me sentais le mieux du Monde, et l'Homme le plus Heureux qui soit, quand dehors, les gens défilaient les uns à la suite des autres, j'étais l'Homme le plus chanceux d'être assis à tes côtés, à côté de Toi, la Princesse de New York. Te parler de quand je t'ai dessiné, que j'ai alors vécu ce qu'il y avait de plus beau dans la Vie d'un Homme, simplement être là, à tes côtés, à t'admirer, Toi, la Muse de l'Arts Students League. Te surprendre et te faire des petits cadeaux comme celui-ci, comme ça, tous les jours, t'écrire comme je t'écrivais tous les matins où nous allions prendre le café sur la Place Stanislas... et ce, jusqu'à te retrouver, ma Petite Lonnie, oui, parce que "lei m'a detto delle buggie, non é Lino, ma Lonnie", inspecteur Shellmoon a mené son enquête, mais dans mon Coeur, là où brûle encore un peu ma flamme pour Toi, parce que "Oui", Tu es ce que j'ai vu de plus joli au Monde. Alors "Oui", ma Petite Lino, cette nuit est une belle nuit de pleine lune, et j'ai aperçu ton Etoile, tu te souviens, celle qui brille le plus de toute les Constellations, et j'ai fait un voeux, celui de te retrouver, pour d'une part, te demander "Pardon", et d'autre part, t'offrir ce que tu sais, et puis aussi plein d'autres choses, comme tout mon Amour... Je me souviens, de ce jour, où j'étais à New York City, un soir, attablé à un bar, aux côtés d'un autre Homme, "Papy Joe", je griffonnais, et celui-ci de me féliciter de mon coup de crayon sur le moleskine, alors que je dessinais le bar dans le tumulte des paroles, il me conseilla d'aller à une école d'Art, à un cours de nus, j'ai nommé l'Arts Students League. Je le remerciai et faisant confiance à mes pas, vers Toi, je me rendis, avec ma chaise sous le bras. Le lendemain donc, j'allai à l'Arts Students League, m'y inscrivis, et entrai dans une salle où j'aperçus un Homme nu, posant le regard sombre, quelque peu hautain, dès lors, je refermai la porte aussitôt, et entrouvris la porte en face, le coeur batant, pour ne pas être déçu une seconde fois... et je t'aperçus, nue, élégante, belle, très belle même, tes petites fesses délicatement posées sur le haut tabouret, entourée d'artistes qui te scrutaient, t'observaient, dans les moindres détails de ce qu'il y avait de joli en toi, ta si jolie chevelure, relevée sur ta si jolie petite tête, ton petit nez que je te voyais loucher lorsque je le dessinais, ton petit ventre que je te voyais respirer, ta jolie petite main pendante dans le vide, si délicatement posée, Toi dans ton tout, Toi la Quintessence de la Féminité, Toi la Femme de mes Rêves. Alors je m'en vais Créer, mon Coeur, pour te retrouver, parce que "Oui", tu es ce que j'ai vu de plus beau au Monde, vraiment, et je suis désolé de t'avoir blessée. Pour certains, c'est Marie, pour Brel, c'est Mathilde, pour d'autres c'est l’Élue de leur Coeur, pour moi, ce sera Toi, parce que c'est pour Toi que je suis Né, pour Toi que je suis venu sur cette si Belle Terre, je le sais, et pour t'Aimer, ma Petite Lonnie, Toi la Femme de ma Vie... je m'en vais lister ce que je vais faire pour Toi et puis demain, j'écrirai à nouveau notre histoire, une Belle Histoire, tu verras, et puis, tu sais quoi ? j'ai envie de Créer un Monde pour Toi, un Monde d'Amour et de Douceur, rien que pour Toi, juste pour Toi, pour que tu te sentes Aimée et Amoureuse, qu'à ton tour, tu te dises... "Oui". Je t'Aime, Lino.

Toi, mon Amour...




C'est un endroit connu d'Aucun où je t'emmène, un endroit paisible où les Êtres vivent en Paix et en Harmonie, un endroit riche de Beautés et de Merveilles, pour que ton Coeur vibre et palpite, pour que resplendisse dans tes yeux la Lueur de ton Coeur, la Lueur de l'Amour... là-bas, deux statues de lions, veillent aux côtés des Anges, sur un Monde où la Nature est Reine, où la Déesse de l'Amour que Tu es, est Reine parmi les Reines, Toi la Fée de mon Coeur. C'est cela que je vais faire aujourd'hui, Créer les Gardiens du Temple de l'Amour, Dreams World. Pour Toi, Lino, Toi que je want to Know, et ce même si tu t'ai enfuie à ce moment, j'ai trouvé ton geste de main dans ta si jolie robe grise, des plus élégants. Si tu savais comme j'Aimerais te revoir, rien qu'une fois pour t'offrir ce que tu sais... d'autres robes, des dessous de soie, de satin, et tout ce qui te plaît, ce qu'il y a de plus joli au Monde, pour la Femme la plus Jolie au Monde. Pour Toi, mon Amour. Là-bas, il y aura des blanches mouettes, un Aigle, une baleine, et Tout ce qui nous a accompagnés, ce qui nous accompagnera toujours et Forever... jusqu'au jour où je te prendrai dans mes bras, pour te serrer fort contre moi. Et encore Te Dire "je t'Aime, Lino the Lion". Tiens oui, t'as remarqué Lino, ça fait aussi lion, comme moi, mon ascendant c'est le Lion, allez, j'y vais, dessiner deux Lions... Bisous, ma Lionne.



Tiens, voici la Maison dans laquelle nous vivrons tous les deux, j'espère qu'elle te plaira, dedans il y a un arbre, e toutes mes bêtes qui y dorment ensemble d'un même ronflement, (légèrement, je te rassure!)... Tu vois, Lino, je me souviens de Tout de Toi, parce que j'ai vu ce qu'il y avait de plus joli au Monde ce jour-là... Toi.

Jean-Christophe

lundi 16 mai 2011

Liv, Love...



C'est l'Histoire d'une Femme, une Femme dont la Beauté n'avait d'égal que le Charme, une Femme aux yeux si doux que son sourire me rends fou, une Femme si Belle que rares sont ceux qui peuvent la rencontrer... à moins que... j'ai en tête quelques idées afin que mon Rêve devienne un jour, Réalité... aller au bout de ses Rêves à la manière d'un artiste dont les Rêves sont ceux de tout un Chacun, juste un instant, un moment,.... mais chut, les Rêves sont et doivent rester Secrets, sinon, à quoi bon avoir des pensées si c'est pour les épancher au vu et au su de tout un chacun...

Il ne me reste que six mois pour créer ce que j'ai à Créer... un Monde d'Amour et de Beauté, un Monde de Rêves, un Monde à Créer... et cette fois-ci, je ne laisserai pas passer Noël , mon Fidèle Allié... je veux retrouver mes Rêves comme celui où les Rennes du Père Noël sont venus me chercher une Nuit, une si Belle Nuit que tous les personnages de Walt étaient rassemblées et nous acclamaient... ce Noël sera le Nôtre, sera celui de ma Famille et de mes Amis, qui m'ont tant aidés au cours des années passées... alors je m'en vais le Créer, ce Fabuleux Noël, un Noël d'Amour, pour Celles et Ceux qui veulent bien y Croire... encore un tant soit peu...

Au Commencement, il y a l'Océan, il y a la Nuit, et les Etoiles qui scintillent par milliers, au commencement il y a le Vilain, ah non, ça, c'est le film que je regarde!... et puis aussi une Cité, la Fabuleuse Cité des Anges, une ville portuaire avec son phare, son Musée et ses si Belles Muses comme je les Aime tant. Regardez ces si jolis yeux, ce regard si doux et tendre, ce sourire d'une douceur sans nom, qui ne fait que transparaître que la Douceur de son Coeur... pffffffff... au travail, moi... que je me concentre sur mon travail pour me sortir de mes doutes et de mes questions sans réponses... ou presque... une ville, donc, dont les demeures sont bardées de sculptures à la mode du XIX eme Siècle avec ses visages, ses animaux, ses statues d'Anges, qui surplombent la Ville, Immense. De là-haut, on aperçoit le Cinéma des Enfants, avec mes bêtes qui y dansent et font la fête, toutes ensemble... d'ici, on aperçoit le Grand Phare qui la Nuit venue, éclaire les galions arrivant au port dans la nuit étoilée.

jeudi 12 mai 2011

C'est déjà Noël...




Quand d'autres préparent leurs vacances au soleil, Graph-X (qui n'en prendra encore pas cette année!), prépare... Noël! Alors, imaginez... une grande porte aux ferronneries de fleurs, dont la douce neige a recouvert tout de blanc. Les portes sont encore fermées, elles ne s'ouvriront qu'au mois de Novembre, pour annoncer les festivités. Autour de ces portes de fleurs en fer, deux statues veillent sur l'entrée, deux lions, un lion que je m'en vais dessiner (après une petite sieste bien méritée!), et une lionne lui faisant les yeux doux, lui rugissant, elle ronronnant, une petite angelotte sur son dos et dans ses papattes deux petits lionceaux, tandis que le vaillant Lion, (comme moi!), a à ses côtés un titi t'angelot. Tous sont devenus tout blancs, de neige, car les gros flocons tombent comme j'adore les voir.

mercredi 11 mai 2011

Today, Ecriture...

Aujourd'hui est le jour où tout recommence...



Description en détail de mon Monde, un Monde à deux balles, eu égard à mon Inconscient, mon Gandalf Blanc, qui au fil du temps que je Rêve, je m'aperçois que je n'ai qu'un Imaginaire très limité... J'ai l'autre jour, rêvé d'un ordinateur ultra-sophistiqué qui filait à toute allure, d'une voiture de l'espace, au design futuriste, d'une Femme douce et très belle (mon Anima;), qui m'entraînait dans les profondeurs de mon Inconscient pour un voyage vers XX Mille Lieues sous les Mers, d'un torrent qui menait vers l'Océan, au clair de Lune... dire qu'un jour, mon psy, m'a dit ceci, lorsque je lui ai dit que je me sentais soutenu par mon Inconscient... "Oh, vous savez, moi, M'sieur Heilmann, l'Inconscient, çà m'parle pas"... pfff... grand moment de solitude, face à la bêtise soi-disant humaine... bref, tant pis, aujourd'hui, je m'en vais vous parler de Lions, d'Animaux du Monde entier, d'une Arche de Noé, dont le nom est le "God's Alive", d'une ville sous-marine, d'un Monde empli de Nature, de peintures, de dessins animés, de neige, d'une maison dont le nom est le Grand Chalet des Songes, de Zeppelin avec des oies sauvages, d'une Cité des Anges, où il y aura un Opéra, un Musée de dessins de Mademoiselle Shult (hi!hi!hi!), (... et de Liv Tyler!), d'un cinéma des Enfants, bref, vous parler d'Amour, parce que j'ai un Amour Immense, aussi immense qu'est l'Univers, et que c'est en son Nom que je dessine, et imagine pour un jour Te trouver, et t'offrir mon Fabuleux Trésor...

Tout est Avenir ;)

mardi 10 mai 2011

Travel in the Sky...




C'est un très long voyage qui nous attends, où je Vous emmènerai si votre Coeur est bon, et puis si Vous êtes sages aussi... Loin d'ici, loin de notre vaste Monde, dans Notre Nouveau Monde, notre Univers, et puis, "Oui", mon Univers sera Tien, si tu le mérites...

D'ici là, prenez soin de Vous, ce sera toujours ça de pris, pour que le Monde aille mieux... Comment ça, Vous ne faites pas partie du Monde, peut-être ?

Belle soirée... et bon voyage.

Le Grand Port...



Aujourd'hui, je me suis encore réveillé dans la nuit, mal dormi, mais l'envie renaît de ses cendres (tout comme mon ancien blog, qui se trouve désormais à l'adresse : "www.graph-x-le-blog.blogspot.com"), pour apporter à Ceux qui Vivent non loin de chez moi, des Enfants, qui ne devraient pas connaître ce qu'ils ont le malheur de connaître. La maladie. Le cancer pour certains. Pour eux, aujourd'hui, je vais me remettre à dessiner. Créer, ce qu'il me tient à Coeur de dessiner. La Fabuleuse Cité des Anges. pour Nous préparer un Noël digne des plus Grands Noël.

Du Chalet des Songes, l'on distingue au loin, sur l'autre rive du Lac des Cygnes, les lumières de la Fabuleuse Cité des Anges; d'ici, l'on aperçoit le dôme de l'Opéra de l'Etoile, l'on entendrait presque la douce musique de Craig Armstrong y jouer un air d'Opéra Moderne; à ses côtés se dresse la Cathédrale des Anges, majestueuse, immense, digne des plus belles, plus loin, il y a l'immense voûte du Grand Musée... quand sur la colline, on aperçoit le Cinéma Graph-X, et ses petites bêtes qui y font la Fête. Ensemble, elles s'amusent en Coeur, dansent et chantent à tue-tête. Elles, me font sourire. Pas comme certains être prétendument humains qui eux, ne m'apportent que du mal, et de la tristesse. Alors, désormais, mon travail prévaut sur le reste.

Et puis, aussi, sur l'immense Lac des Cygnes, resplendissent les lumières étincelantes de la Ville, du Vieux port où sont amarrés les vieux voiliers, que je m'en vais dessiner. Rassembler mes images trouvées sur le site www.sxc.hu, ma mine d'or pour ce qui est des images qui me font Rêver.

Des images du Monde Entier. Pour Créer un Nouveau Monde. Dreams World.

Le Grand Musée



Là-bas, il y aura Toi et Moi, et dans la Nuit secrète, nous marcherons parmi les toiles exposées comme je l'ai toujours Rêvé. Regarde cette toile Merveilleuse, n'est-ce pas, c'est ma favorite, elle m'inspire tant de Grâce et d'élégance, ta sensualité. Regarde les Lumières resplendir sur ta peau, sur ton corps dénudé parmi les fleurs de Printemps qui annoncent l'enfant à venir. Cet Enfant, c'est le tien, le mien, le Nôtre, cet Enfant, c'est demain. Et la jeune et si jolie Femme de se prélasser parmi les fleurs des champs, les papillons virevoltant et l'oiseau bleu, comme une Femme de la Nature, pour qui toutes les Beautés du Monde sont réunies. Elle, si belle...



Et puis celle-ci, regarde ses yeux, ce regard si profond, si troublant et envoûtant, comme j'aime tant ses paupières qui soulignent ses yeux, Elle dont la peau dénudée expose son charme, sa volupté, sa sensualité, sa Féminité. Sa Force et sa Fragilité, qui n'ont d'égal que sa Beauté.



Mais pour le moment, c'est sur cette peinture que je travaille... ce si joli portrait d'une Femme dont la sensibilité mInterpelle, me Parle, d'une Émotion Si Belle Émotion, dont j'ai déjà fait mon fond obscur pour faire ressortir sa Beauté, et qui ne m'a pris que deux mois à sécher, et donc, d'ici à la fin de l'année, je devrais pouvoir l'exposer! -:)



Quant à Vous, Belle Demoiselle, Vous dont la Beauté n'a d'égale que la tendresse d'un regard, j'espère qu'un jour la Nuit se lèvera pour en apprécier la si Belle Lueur.
Voici Ce Que J'Ose Comme Vous Osez...
This Is What I Dare To Call, As You Dare...
Appeler Un Vrai Regard...
To Call A True Look.
This Isn't The Colour
I Don't Care...
Nore How They Are...
Just HOW THEY'RE LOOKING...

Peut-Être, Me Sentant Mal,
Pour Un Nouveau Premier Dessin De Femme(s)...
DE Muse, De Princesse...
Et Même Si Elle Ne S'Appelle Pas Liv Tyler...
Qu'Importe ???
Liv Tyler Est En Compagnie D'Un Ami Qui L'Aime,
Et a Des Enfants, Bientôt Trois...

Et Jamais Ô Grand Jamais
je Ne Voudrais Briser Une Vie De Famille !!!

Même Si Parmi De Nombreuses Actrices,
Elle Reste Ma Favorite...

C'Est Vrai Qu'Un Bon Bidon Bien Chaud,
Cà Fait Du Bien !!! -:)

Même Si Ma Cicatrice Me Fait Mal,
Encore Et Toujours...

Dire Qu'à La Clinique Saint-Pierre Fourrier,
A Épinal...
Je Fus Opéré Sitôt Ma Naissance,
Du Tendon D'Achille Gauche...

Que J'Ai Dû Morfler...

Alors ?!?

Mademoiselle Liv Tyler X,
Ma Princesse...
Ma Déesse Incarnée,

Ne Voulez-Vous Toujours Pas Faire...

Un Tout Petit Effort En Ces Jours De Souffrances ???
Ma Barbe Repoussera...
A La "V For Vendetta"
Plus Fine Et Taillée En V.

En Hommages à Mon Ombre...
Ma Moustache En Pointes...
Et Mon Amour Renaîtra...
De Ses Cendres...

Pour Ma Déesse Anima...
Elle,
Ma Reine.



lundi 9 mai 2011

Les Lumières de la Nuit...




Au loin, on aperçoit les Lumières de la Grande Cité des Anges, scintiller et resplendir dans l'Océan. Une ville aux mille couleurs, aux mille visages, une Cité du XIXéme Siècle. Et le Grand Vaisseau des Airs se laisse alors guider par la lumière du Grand Phare, digne de celui d'Alexandrie. Surplombant la ville, le Grand Château de la Princesse resplendit dans la nuit bleutée. Quand vient à passer dans le ciel bleu nuit, par delà les étoiles, l'Etoile de mon Coeur. Celle qui brille encore ici-bas.

Ne me reste plus qu'à créer ma Fabuleuse Cité des Anges, d'après les recherches effectuées sur le site www.sxc.hu, merveilleux site d'images de qualité sur tout ce qui peut exister de beau dans notre Monde. Et donc créer ce qui composera mon Monde, j'ai nommé "Dreams World", ainsi s'y trouvera l'Opéra des Etoiles, le Cinéma Graph-X, la Cathédrale des Anges, le Château de la Princesse, et dans les rues scintilleront des miliers de lampes, celles qui annoncent la venue de Noël. Oui, parce qu'à Graph-X, c'est tous les jours Noël, et je le prépare déjà. Parce que ce Noël sera celui de Graph-X. Et de ma Princesse. A suivre, donc, l'ouverture des festivités, comme je souhaite cette semaine, finir mes deux présentations de Dreams World. Au travail.

NB: ceci est un essai de ville dans la nuit pour faire scintiller les Lumières, pas sa version finale.

Le Premier Jour...




Nouveau blog, Nouveau design, Nouvelle Philosophie. Bienvenue à Vous qui passez par ici, l'ancien blog a disparu dans les méandres du web, en voici la Nouvelle Formule.

Au début, il y avait une Histoire qui aurait pu être très Belle. Mais elle ne me conduisit qu'en enfer. Voilà pourquoi je fais table rase du passé, et me consacre donc à nouveau à mon travail. Exclusivement. Aussi, dois-je tourner la page et mener le vrai combat avec acharnement. Afin de Vivre à Nouveau ma Vie. Peut-être Pardonnerai-je à Celles qui m'y ont mené. Sans doute... si je me retrouve.

Aujourd'hui est un Nouveau Jour, le Jour où je me retrouve seul, face à moi-même, Libre, et Indépendant, avec ma si Belle Solitude, comme je l'Aimais tant, il n'y a pas si longtemps. A mon Esprit, revient la Lueur, celle de mon Coeur, celle de l'étang, une Lumière pâle, teintée de jaune soleil, teintée de vert, couleurs de la Nature. Là-bas, pas un bruit, pas un son, juste une Lueur, provenant de l'autre rive, droit vers moi, derrière les arbres. Me retrouver pour un jour, revoir la Lumière. Et Pardonner à Celles et Ceux qui m'ont tant apporté... de mal et de souffrances.

Je n'en dirai pas plus. Jamais.

Dans le Ciel, les oiseaux dansent comme j'aimerais à Nouveau Voler dans mes Rêves. Ici, pas un nuage, comme j'aimerais qu'il n'y en ai plus dans mes Pensées. Ou peut-être un ciel bleu, où les nuages sont doux et cotonneux, comme je les Aime tant. Pour me poser, voler vers eux, main dans la main, avec ma Bien-Aimée, et parcourir le Monde Entier sur notre nuage. Enfin. Comme Nous l'avons tant Rêvé.

Parce qu'il serait bon pour moi d'avancer dans ma Vie. Une bonne fois pour toutes. J'ai des idées, des dessins en tête, des envies de château, de paysages immenses, envie de dessins, envie de retrouver ma Passion, ma Créativité, mon Art. Puisque c'est tout ce que j'ai. Outre ma Famille, mes Amis. Soyez donc les Bienvenus. Au Nouveau Graph-X.

Santé...

dimanche 8 mai 2011

Gaz de Schiste


Le gaz de Schiste est un poison employé pour récupérer le gaz naturel, inséré dans la roche de Schiste. Il a pour effet de détruire la roche et libérer celui-ci afin de le récupérer et de l'exploiter. Mais il a aussi pour effet de polluer les nappes phréatiques et donc de nous empoisonner. Nouveau combat contre nos destructeurs de Planète, puisque cette technique est amenée à se développer, au cours des années à venir.